Mort de Benoît XVI : comment vont se dérouler les funérailles de l'ancien pape

Publié le par franceinfo avec AFP France Télévisions

Joseph Ratzinger sera inhumé jeudi au Vatican à l'issue d'une cérémonie présidée par le pape François, son successeur.
Un religieux marche place Saint-Pierre à Rome, le 31 décembre 2022. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

Un religieux marche place Saint-Pierre à Rome, le 31 décembre 2022. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

Une première pour le Vatican. Le protocole relatif à la succession et aux funérailles d'un pape est connu. Mais à quoi vont ressembler les obsèques de Benoît XVI, qui avait renoncé à sa charge près de dix ans avant sa mort, survenue samedi 31 décembre ? Franceinfo récapitule ce que l'on sait des adieux à Joseph Ratzinger, qui auront lieu jeudi 5 janvier et seront présidés par son successeur, le pape François.

Les fidèles pourront lui rendre hommage

Le corps de Benoît XVI sera exposé à partir du lundi 2 janvier au matin et jusqu'au jeudi 5 janvier au soir dans la basilique Saint-Pierre, pour permettre aux fidèles de se recueillir près de sa dépouille, a annoncé le Vatican. "Tous les fidèles pourront accéder aux funérailles de Benoît XVI" et "aucune distribution de billets n'est prévue", rapporte sur Twitter le correspondant de La Croix à Rome.

En 2005, lors du décès de Jean-Paul II, "plus de deux millions de personnes" étaient venues au Vatican pour rendre un dernier hommage à ce dernier, selon le maire de Rome de l'époque, cité par L'Obs.

Le pape François présidera la cérémonie

Selon la Constitution apostolique promulguée en 1996 par Jean-Paul II, un pape doit être enterré entre quatre et six jours après sa mort. Une disposition respectée à la lettre, puisque les funérailles de Benoît XVI se tiendront place Saint-Pierre le jeudi 5 janvier, à 9h30, soit cinq jours après son décès. Dans le cas de funérailles pontificales, "le cercueil est déposé à même le sol, un évangile posé sur lui et un cierge pascal. Tous les cardinaux présents et évêques sont revêtus de rouge", précise Le Figaro.

La cérémonie sera "solennelle mais sobre" – une simplicité qu'avait souhaité le pape émérite, a précisé Matteo Bruni, le directeur du service de presse du Saint-Siège. En dépit de cette volonté de simplicité, il est probable que "le rite prévu pour les obsèques des papes sera respecté, étant donné que Ratzinger fut pape", estime l'expert en liturgie Claudio Magnoli, interrogé par l'AFP.

Une scène inédite marquera néanmoins cette cérémonie : le pape François en personne qui présidera les funérailles de son prédécesseur, et non le doyen du collège des cardinaux, alimentant une dernière fois la saga des "deux papes" ayant cohabité durant presque une décennie.

Le travail d'organisation de cet évènement sans précédent dans l'histoire du Vatican, puisque non dicté par le protocole officiel, incombera notamment à Diego Ravelli, le maître des célébrations liturgiques pontificales, rapporte Reuters (en anglais).

De nombreux dirigeants devraient y assister

En 2005, à la mort de Jean-Paul II, des funérailles solennelles avaient été organisées place Saint-Pierre en présence de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement et de têtes couronnées. La cérémonie avait été présidée par un certain cardinal Joseph Ratzinger, qui allait ensuite être élu par ses pairs à la tête u Saint-Siège. Un million de personnes avaient assisté aux funérailles du très charismatique pape polonais.

Benoît XVI n'étant plus en exercice, seules l'Allemagne (son pays d'origine) et l'Italie sont officiellement invitées aux funérailles, détaille La Croix (article payant). "Les dirigeants des autres pays du monde seront les bienvenus, mais leur statut sera différent", précise le quotidien, alors que sont invités tous les chefs d'Etat et de gouvernement pour les obsèques d'un pape en exercice. Bien que sa popularité n'ait jamais atteint celle de Jean-Paul II, Benoît XVI est un ancien chef d'Etat et son enterrement devrait tout de même attirer une foule de dirigeants et des dizaines de milliers de fidèles.

Son cercueil sera enterré au Vatican

A l'issue des funérailles, le cercueil de Benoît XVI sera "porté dans la basilique Saint-Pierre puis dans les grottes du Vatican [qui abritent les tombes papales] pour y être enterré", a précisé le service de presse du Saint-Siège dans un communiqué. Le biographe officiel de l'ancien pape, le journaliste allemand Peter Seewald, avait révélé en 2020 que Benoît XVI souhaitait être inhumé dans la tombe de Jean-Paul II, vide depuis le transfert de son cercueil dans une chapelle latérale lors de sa béatification en 2011. Le Vatican n'a toutefois pas précisé s'il s'agissait bien du lieu où reposerait Joseph Ratzinger.

D'après le protocole décrit par La Croix, le corps du pape défunt est normalement placé dans trois cercueils imbriqués (de plomb, de chêne ou d'orme, et de cyprès). "Des médailles frappées pendant le pontificat et une brève biographie du pape avec les éléments représentatifs de son pontificat" sont aussi déposées avec le corps.

Il n'y aura pas de conclave cette fois-ci

D'ordinaire, la mort du souverain pontife enclenche la convocation rapide d'un conclave au cours duquel les cardinaux élisent son successeur. Un scénario forcément exclu dans le cas de Benoît XVI, puisque le pape François lui a déjà succédé en 2013.

Par ailleurs, lorsqu'un pape meurt, son anneau pontifical, une bague faite spécialement pour chaque nouveau pape et qui était jadis utilisée comme sceau pour les documents, est également détruit. Pour Benoît XVI, l'anneau avait jusque-là seulement été barré d'un "X" sur les armes papales après sa renonciation, pour le rendre inutilisable.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article