Mort du comédien Jacques Sereys à 94 ans

Publié le par Le Figaro par Nathalie Simon

Décédé dimanche, l'ancien de la Comédie-Française, camarade de Jean Piat et de Robert Hirsch, était un touche-à-tout, de Goldoni au cinéma d'Henri Verneuil.

Jacques Sereys en avril 2006, après avoir reçu le Molière du meilleur comédien pour son rôle dans Du côté de chez Proust, alors mis en scène par Jean-Luc Tardieu au théâtre Mogador, à Paris. PIERRE VERDY / AFP

Jacques Sereys en avril 2006, après avoir reçu le Molière du meilleur comédien pour son rôle dans Du côté de chez Proust, alors mis en scène par Jean-Luc Tardieu au théâtre Mogador, à Paris. PIERRE VERDY / AFP

Le sociétaire honoraire de la Comédie-Française s'est éteint dimanche 1er janvier à l'âge de 94 ans. Ce lundi, Emmanuel et Brigitte Macron ont salué «un homme qui avait voué sa vie au théâtre Il était une figure estimée du théâtre français et un visage familier de notre cinéma populaire.» Modeste, Jacques Sereys disait souvent qu'il ne l'était pas «populaire».

Pourtant, les amoureux des planches connaissaient bien sa silhouette d'une élégance tout aristocratique et son jeu impeccable, que ce soit sur les planches ou à l'écran. En 2006, il avait reçu le Molière du meilleur comédien pour sa performance dans Du côté de chez Proust, au Studio-Théâtre du Français. Jacques Sereys a fait l'essentiel de sa carrière à la Comédie-Française. Victime d'un AVC en 2016, il s'était attelé à la guérison en répétant du Guitry qu'il avait interprété avec bonheur sous la direction de Jean-Luc Tardieu.

La «maison de Molière» a exprimé son «immense tristesse» lundi après l'annonce du décès, faite dimanche soir par l'Elysée. «Nous perdons une grande figure de notre Maison, un des derniers de cette génération exceptionnelle qui a tant fait rêver notre public et tant fait pour la réputation de notre théâtre», a indiqué dans un communiqué Eric Ruf, administrateur général du Français.

Né le 2 juin 1928, à Saint-Maurice (Val-de-Marne), cet homme affable a grandi à Marseille au-dessus d'un entrepôt de parfumerie. C'est grâce à ses institutrices qu'il prend goût à la littérature, en particulier aux œuvres d'Alphonse Daudet. Sa mère est brodeuse, son père disparaît sans laisser d'adresse, le petit Jacques est placé dans une famille d'accueil. À 19 ans, il quitte son poste d'employé au Crédit lyonnais où il accueillait les clients en déclamant des tirades, achète un billet de train en troisième classe pour se rendre à Paris où il rêve d'être comédien.

Le jeune garçon mettra trois ans avant de perdre l'accent du sud. Intègre la rue Blanche, puis de retour du service militaire et au bout de plusieurs tentatives, le Conservatoire national supérieur d'art dramatique (1951). Ses deux premiers prix de Comédie classique et moderne, lui servent de sésame pour entrer à la Comédie française en 1955 (plus tard, il sera le professeur d'un certain Denis Podalydès). Parmi ses partenaires, il y a Jacques Charon, François Chaumette, Robert Hirsch, Jean Piat, Françoise Seigner, …. Il rencontre également l'actrice Philippine Pascal, Philippine de Rothschild, qui deviendra sa femme et dont il aura deux enfants, Philippe et Camille.

En 1965, curieux de voir ce qui se passe ailleurs, Jacques Sereys quitte le Français pour jouer dans les théâtres privés, joue Feydeau, Sacha Guitry, André Roussin ou Marcel Mithois. Il revient dans la maison de Molière en 1977, jusqu'en 1997, année où il devient sociétaire honoraire. L'acteur restera toujours attaché à la troupe et au lieu. En 2014, il lui avait fait don d'un tableau de Mounet-Sully peint par Carolus-Duran qu'il avait acquis aux enchères.

Polymorphe, Seyres a joué L'Aiglon d'Edmond Rostand, et en chantant, le Ménélas de La Belle Hélène, sous la direction de Jérôme Savary à l'Opéra-Comique. Interprété la Trilogie de la villégiature, de Goldoni qu'il affectionnait sous la direction de Giorgio Strehler, Le Vent des peupliers de Gérald Sibleyras. Prononcé les mots de Daudet, un choix de textes de l'auteur provençal dans une mise en espace du fidèle Tardieu. Et mis en scène Le Vison voyageur de Dabadie avec Jean Poiret et Michel Serrault.

En près de 67 ans de carrière, Jacques Sereys a donné la réplique à Daniel Auteuil, Claude Brasseur, Alain Delon, Christian Clavier, Yves Montand, …. Dans des drames ou des comédies, sous la direction de cinéastes aussi divers que Philippe de Broca (Le Bossu), Claude Sautet (Une histoire simple), Louis Malle (Le Feu follet), Alain Cavalier (La Chamade), Francis Girod (Le bon plaisir, Lacenaire), Jean-Paul Rappeneau (Le Hussard sur le toit) ou encore Pascal Thomas. Jacques Seyres a même fait du trapèze au cirque Bouglione aux côtés de Brigitte Bardot, Fernandel, Gabin et Régine.

En 2015, il avait incarné Louis XIV dans un numéro de Secrets d'histoire consacré au Roi Soleil. Au moment de la pandémie, pour la Comédie-Française, il disait encore Dom Juan ou le Festin de pierre de Molière, dans une mise en scène de Jacques Lassalle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article