Quadruple meurtre à Vaux-le-Pénil : 28 ans plus tard, où en est-on ?

Publié le par RTL par Jeanne Rouxel & Anne Le Henaff

En 1995, une famille est massacrée à Vaux-le-Pénil (Seine-et-Marne). Après des mois d'enquête, Edgar Boulai, un voisin, est arrêté pour ce quadruple meurtre. Après 26 ans de prison, sa demande de remise en liberté conditionnelle est sur le point d'être tranchée par la Cour d'appel de Riom.

Gilberte Crovisier, mère de Stéphanie Davila, et ses deux petits enfants. Crédit : Gilberte Crovisier pour RTL

Gilberte Crovisier, mère de Stéphanie Davila, et ses deux petits enfants. Crédit : Gilberte Crovisier pour RTL

La crainte de Gilberte Crovisier de voir un jour Edgar Boulai, l'assassin de sa fille, de son beau-fils et de ses deux petits enfants, ressortir pourrait devenir réalité. Le 18 janvier 2023, la Cour d'appel de Riom rendra sa décision et dira si, oui ou non, l'auteur du quadruple meurtre sera remis en liberté après 26 ans passés de prison. 

Dans la nuit du 16 septembre 1995, une famille est sauvagement assassinée dans leur domicile. Les jours passent sans que l'absence brutale de Stéphanie, de Donald et de leurs deux enfants âgés de 2 et 3 ans, ne préoccupe le sillage de Vaux-le-Pénil (Seine-et-Marne). Sauf Gilberte Crovisier, la mère de Stéphanie.

Pendant 9 mois, cette grand-mère a porté à de bout bras une enquête menée par ses propres moyens, à défaut de ne pas avoir su convaincre les autorités, qui ont refusé d'ouvrir un dossier. Les corps mutilés de la famille ne seront retrouvés que plus tard, dans le jardin de leur domicile. 

À l'époque, Edgard Boulai s'était installé dans le pavillon avec sa maîtresse Monique Binart, tout de suite après la disparation soudaine des quatre victimes. Le faisceau d’indices convergeait vers cet homme instable à la personnalité trouble. Ce dernier a assassiné toute la famille pour accaparer les lieux. 

Edgar Boulai est reconnu comme coupable d’assassinats en 2000, puis condamné à la réclusion à perpétuité. Désormais âgée de 66 ans, l'assassin a entamé une demande de libération conditionnelle en 2018. L'appel avait été interjeté par le procureur, ce qui a suspendu momentanément sa levée d’écrou. Boulai n’a jamais avoué les faits, niant en permanence les preuves les plus accablantes de sa culpabilité jusqu’au dernier jour de son procès.

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro des journalistes de RTL. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.

Deux fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue sur une affaire criminelle. Un podcast RTL.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article