Ukraine : après les chars, Zelensky réclame des missiles de longue portée et des avions

Publié le par Les Echos par Marie-Josée Cougard

Le président ukrainien a réclamé ce mercredi à ses alliés occidentaux des missiles de longue portée, ainsi que des avions de combat, après le feu vert de Washington et Berlin à l'envoi de chars lourds à Kiev. Pour Vladimir Poutine, c'est une décision « extrêmement dangereuse qui va amener le conflit vers un nouveau niveau de confrontation ».

Le président Zelensky insiste sur la rapidité de la livraison des chars occidentaux. (AFP/URIY DYACHYSHYN)

Le président Zelensky insiste sur la rapidité de la livraison des chars occidentaux. (AFP/URIY DYACHYSHYN)

Ce mercredi soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réclamé en plus à ses alliés occidentaux des missiles de longue portée, ainsi que des avions de combat.

« Nous devons permettre la livraison de missiles à longue portée à l'Ukraine, c'est important et élargir notre coopération dans l'artillerie. Il faut rendre possible l'envoi d'avions de combat », a insisté Volodymyr Zelensky dans son allocution quotidienne publiée sur les réseaux sociaux.

Le dirigeant ukrainien a indiqué avoir répété sa demande auprès du secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, lors d'un entretien téléphonique.

Actuellement, les combats redoublent d'intensité dans l'Est ukrainien. Les Etats-Unis ont donné leur feu vert à la livraison de 31 chars Abrams à l'Ukraine. L'annonce américaine intervient après que l'Allemagne a donné son aval à l'envoi de chars lourds Leopard 2 à l'Ukraine. De son côté, Moscou a dénoncé une décision « extrêmement dangereuse qui va amener le conflit vers un nouveau niveau de confrontation ».

« Décision extrêmement dangereuse » selon Poutine

Volodymyr Zelensky a remercié le président américain Joe Biden et le chancelier allemand Olaf Scholz pour avoir donné leur feu vert dans la journée à l'envoi de chars de combat occidentaux en Ukraine. Une première depuis le début de l'invasion russe en février 2022.

La rapidité de la livraison des chars lourds à son armée sera déterminante pour renverser les forces russes sur le champ de bataille. « La clé est maintenant la vitesse et le volume. La vitesse d'entraînement de nos militaires, la vitesse des livraisons des tanks […] et le volume du soutien », a-t-il martelé, alors que Kiev réclame toujours plusieurs centaines de tanks pour pouvoir lancer une contre-offensive face aux Russes.

Pas de livraison avant des mois

Cette livraison ne devrait pas se faire avant « plusieurs mois », d'après le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby. Les chars Abrams font partie d'un ensemble d'aides militaires d'un montant de 400 millions de dollars, qui comprend des munitions et des fonds pour la formation et l'entretien.

Interrogé sur les raisons du changement de position de Washington, John Kirby a tenu à rappeler que les Américains n'avaient pas catégoriquement exclu l'envoi de chars par le passé. Et « ce qui a changé, ce sont les conditions sur le terrain et le type de combats dans lesquels sont engagés les Russes en ce moment. Et surtout, le type de combats dont nous pensons que les Ukrainiens devront être capables dans les semaines et les mois à venir en 2023 », a-t-il ajouté.

Selon le président ukrainien, qui fêtait mercredi ses 45 ans, son armée doit faire face « chaque jour à des dizaines d'attaques ennemies » dans le Donbass.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article