Un jour à Auschwitz : 24 heures dans le plus meurtrier des camps d'extermination

Publié le par Moustique par Kevin Dupont

À quoi ressemblait le quotidien à Auschwitz? Pour les bourreaux et pour leurs victimes?

©BelgaImage

©BelgaImage

Diffusion le 24 janvier à 20h50 sur Histoire TV

Il y a pile 80 ans, le plus meurtrier des camps d’extermination nazis, Auschwitz-Birkenau (ou Auschwitz II) mettait en service ses horribles chambres à gaz et crématoires. Près d’un million de personnes y périront. Face à un tel massacre, une question se pose: à quoi pensaient les différents individus qui passaient par là? Les déportés ­pressentaient-ils à leur arrivée qu’en l’espace de 30 minutes, ils rendraient l’âme après des souffrances indescriptibles et que leurs corps s’entasseraient là par ­milliers? Comment leurs proches placés au camp de travail réagissaient en apprenant que les flammes à l’horizon étaient ce qui resterait de leur famille? Puis comment les nazis en charge de ce génocide concevaient-ils leur labeur journalier? Pour répondre à toutes ces interrogations, Histoire TV choisit de présenter une journée type de 24 heures à ­Birkenau. Tout au long de la journée, on passe d’un témoignage à l’autre: ­celui d’une juive qui a survécu là où quasi tous ses proches ont péri dès leur entrée dans le complexe, d’un nazi ­installé avec sa femme dans les ”beaux quartiers” et qui photographie tout ce qui se passe, d’un déporté qui tente de fuir, etc. Petit à petit, c’est tout le ­quotidien du camp qui se dessine, avec ses diverses facettes. Là où le docu réussit particulièrement bien sa mission, c’est qu’au-delà de montrer ce qui se passe à Birkenau, il analyse l’état d’esprit de toutes ces personnes. Il explique les raisons de la ­crédulité des déportés, de l’absence d’empathie des nazis qui exterminent à tour de bras, etc. Des petites reconstitutions facilitent d’autant plus cette immersion. Un beau travail, mais avouons-le quand même: si vous avez déjà regardé des docus sur Auschwitz, vous n’apprendrez pas grand-chose de nouveau, tant le sujet a déjà été abordé de long en large.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article