94e anniversaire du 11-Novembre : une commémoration obsolète

Publié le par Le Nouvel Observateur

pLe Nouvel Observateurulié le 11/11/2012 à 12h53

François Hollande le 11 novembre 2012
François Hollande a rendu ce dimanche un hommage à "tous les morts pour la France" à l'occasion du 94e anniversaire de l'armistice de 1918. Une commémoration qui semble obsolète à Romain Blachier, élu socialiste à Lyon, qui propose de célébrer la construction européenne

Aujourd'hui, comme chaque année, je n'irai pas aux célébrations du 11-Novembre commémorant la guerre de 14-18.

Bien sûr, je vais aux célébrations du 8-Mai, pour célébrer celle qui fut vraiment la der des der et la victoire contre le nazisme. Bien évidemment, je pense aussi à nos soldats engagés actuellement dans des conflits et à leurs famille.

Ne pas oublier

Je suis partisan de supprimer le 11-Novembre comme jour de commémoration de l’armistice de la guerre 14-18, parce que c'était une guerre civile entre Européens. Selon moi, cette commémoration n'a plus de sens aujourd'hui. Il ne s'agit nullement, contrairement à ce que je lis chaque année, de supprimer un jour férié.

Bien sûr, j'ai du respect pour les soldats tombés dans les tranchées, bien sûr je suis partisan de maintenir le souvenir, la mémoire. Et je pleure en lisant les lettres des "poilus". Je suis évidemment pour que l'on explique combien ce conflit a été difficile, ses raisons, son déroulement dans les écoles de notre République. Il ne faut oublier ni les blessés, ni les orphelins, ni les blessures.

Mais je trouve que la chose est obsolète. Plus un poilu n'est encore vivant. Il ne s'agit pas d'oublier les pauvres gars envoyés se faire tuer par des officiers, le plus souvent respectables, mais parfois peu inspirés par le respect de la vie de leurs hommes, comme ce fut le cas lors de la bataille du Chemin des Dames en avril 1917.

Peut-être conviendrait-il d'instaurer un jour de la mémoire, en souvenir de tous les combats dans lesquels nos soldats sont tombés. Nicolas Sarkozy semblait d'ailleurs enfin s'être rallié à cette juste proposition. Avant d'en faire un projet illisible, mettant deux journées de souvenirs en une.

François Hollande, à l'époque dans l'opposition, avait lui hélas déclaré qu'il n'y était pas favorable. Pourtant son discours en ce matin du 11 novembre évoquait largement "l'ensemble des morts pour la France". On notera que dans ce moment solennel, la voix de l'opposition fut Nadine Morano, qui ne trouva rien d'autre à dire que de se moquer de la cravate du président de la République. Après avoir ergoté il y a quelques mois sur le jean de Cécile Duflot. Toujours la classe Nadine Morano.

Célébrer la paix

Autre possibilité, celle de retrouver les racines de 1922, année où la fête fut instaurée en célébration de la paix retrouvée.

Mais si la Seconde Guerre mondiale fut une victoire contre le nazisme, 14-18 fut un conflit entre nations européennes, une guerre civile entre européens (même si les USA ou la Nouvelle-Zélande ou les colonies françaises y engagèrent des troupes considérables) entre des pays qui construisent aujourd'hui leur avenir politique ensemble vers une unité politique plus grande. Et c'est aussi et surtout un conflit qui n'a pas tout réglé, débouchant sur la crise, le nazisme, une nouvelle horreur.

Moi qui suis partisan de l'existence à long terme, d'une nation européenne au sein d'une Europe fédérale et sociale,  je trouve ces cérémonies au sujet d'une guerre entre Allemands, Britanniques, Autrichiens, Français, Italiens – et tant d'autres – anachroniques.

Que ces pays se battent aujourd'hui devient presque aussi impensable que les conflits qui opposèrent le Duché de Bourgogne à la confédération helvétique. Une guerre entre Français et Allemands serait aussi absurde que l'invasion de Lyon par les troupes parisiennes pendant la Révolution française aujourd'hui.

Je voudrais qu'à la place de ce qui est pour moi une tragique guerre civile européenne, on célèbre le 9 mai, fête de l'Europe, fête de notre nation à venir, vraie fête nationale de notre futur.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article