Alfred Merle gantier et résistant

Publié le par Vivre au Pays

Alfred Merle gantier et résistant

Alfred Merle est un grand nom de Millau, gantier et résistant, dont le père fut le pasteur protestant de Millau à la fin du XIXème siècle.

Alfred Merle gantier et résistant
Alfred Merle gantier et résistant

Alfred Merle gantier et résistant

Après des études scientifiques , à 21 ans en 1905, Alfred Merle est recruté dans la ganterie Buscarlet pour partager très rapidement avec Jean Buscarlet, son propriétaire, la direction de l’entreprise et plus particulièrement celle de l’usine millavoise. 

A ce poste il développa les activités de cette société en intégrant un secteur peausserie, en créant de nouveaux centres de fabrication tant en France qu'aux USA et en cherchant de nouveaux débouchés dans les années 1930 en direction de notamment de l’Europe centrale.

Engagé volontaire pendant la première guerre mondiale, il pressentira très tôt la montée des dangers qui devaient conduire à la à la seconde guerre mondiale.

Dés le début de celle-ci, il devint immédiatement résistant, pris contact avec le réseau Liberté à Montpellier puis participa en février 1941 chez Maître Graulle, notaire à Rodez, à la création aveyronnaise du réseau Combat dont Léon Freychet dirigeant de Sté des Caves de Roquefort devait ultérieurement devenir le chef départemental de l’Armée Secrète.

Sa forte  implication dans les actions résistantes connues d’abord par quelques amis et collaborateurs de la société Buscarlet fit très vite de lui un leader incontesté de la Résistance aveyronnaise particulièrement surveillé par la police de Vichy et par les autorités allemandes.

Le 6 février 1944, il est arrêté par la Gestapo, interrogé à la Villa des Roses à Rodez. Il mourra sous la torture le 11 février  1944 laissant un grand vide parmi les siens, dans l’industrie du gant et dans la vie publique de l’Aveyron.

Son gendre Jean Carrière qui était l’un de ses collaborateurs directs dans l’usine Buscarlet et qui s’était engagé auprès de lui dans la résistance essayera  de combler ce vide d’abord en relayant son combat au sein de la Résistance puis en poursuivant son œuvre au sein de l’entreprise Buscarlet et dans la vie publique millavoise.

En souvenir d’Alfred Merle l’avenue qui va de la Gare à l’avenue de la République à Millau porte son nom.

On lira avec intérêt le livre de Daniel Carrière "SUR LES PAS D'ALFRED MERLE ET DE JEAN CARRIERE" Editions : Le Publieur

Alfred Merle et son gendre, Jean Carrière, étaient l’un et l’autre de familles cévenoles. Tous deux ont partagé l’essentiel de leur existence à Millau dans le Rouergue sud-aveyronnais, en vouant la majeure partie de leur vie professionnelle à la direction de l’usine de peausserie et de ganterie Buscarlet.

Tous deux connurent l’engagement dans la guerre. L’un se porta volontaire lors de la guerre de 14-18 et l’autre fut mobilisé durant la campagne 39-40. Ils entrèrent en Résistance en 1940 et 1941.

Alfred Merle, après avoir été l’un des organisateurs du réseau Combat dans l’Aveyron, fut arrêté par la Gestapo, puis torturé et assassiné à Rodez en février 1944. Jean Carrière, après avoir échappé au même sort, poursuivit le combat dans les Forces Françaises de l’Intérieur au commandement du Maquis Roland d’Aubrac jusqu’à la Libération de Millau et de Montpellier.

Pour avoir été le seul témoin, à l’âge de huit ans, de l’arrestation de son grand-père Alfred Merle, Daniel Carrière a voulu lui rendre hommage et raconter cette histoire en partie méconnue.

À son père Jean Carrière, il témoigne la reconnaissance qu’il a pour ses engagements exemplaires, parfois incompris. À tous les deux, à leurs compagnes et à leurs camarades de combat, il manifeste le respect que l’on doit à tous ceux qui refusent la résignation et la lâcheté.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article