Arafat : la thèse de l'empoisonnement rejetée par les Russes

Publié le par Le Nouvel Observateur

Ces conclusions rejoignent celles des experts mandatés par la justice française. Selon les autorités palestiniennes, l'enquête n'est pas terminée.

Yasser Arafat

Yasser Arafat

Les experts russes chargés d'analyser des échantillons prélevés sur la dépouille de Yasser Arafat ont conclu à une mort naturelle et excluent tout empoisonnement au polonium, a indiqué jeudi 26 décembre le chef de l'agence qui a mené les analyses.

Yasser Arafat "est mort d'une mort naturelle et non du résultat d'une irradiation", a déclaré Vladimir Ouïba, le directeur de l'Agence fédérale d'analyses biologiques, cité par les agences russes. Ces conclusions rejoignent celles des experts mandatés par la justice française, contestées par la veuve du dirigeant historique palestinien.

La Palestine ne renonce pas

Ces nouveaux résultats ont reçu un accueil mitigé des autorités palestiniennes. L'ambassadeur palestinien à Moscou a ainsi assuré à l'agence de presse russe Ria Novosti que l'enquête sur la mort de Yasser Arafat se poursuivait.

"Je peux seulement dire qu'il a déjà été décidé de poursuivre. Nous respectons leur position, nous accordons une importante valeur à leur travail, mais il a été décidé de continuer les travaux", a déclaré Faed Mustafa.

Les dirigeants palestiniens accusent Israël d'être derrière son décès et réclament la formation d'une commission d'enquête internationale.

La Suisse pointe une "déclaration politique"

L'expert suisse chargé d'analyser des échantillons prélevés sur la dépouille de Yasser Arafat a accusé jeudi les experts russes d'avoir fait une "déclaration politique" sans fondement scientifique.

"Les Russes, ils avancent des choses sans donner la moindre valeur numérique, sans donner le moindre argument scientifique, donc pour moi c'est vide, c'est une déclaration politique", a déclaré le professeur François Bochud, directeur de l'Institut de radiophysique de Lausanne.

"Ils n'ont pas communiqué leur rapport, ils disent simplement des conclusions que n'importe qui pourrait dire s'il avait envie de dire quelque chose", a-t-il ajouté.

François Bochud est le co-auteur d'un rapport publié le 7 novembre privilégiant la thèse d'un empoisonnement au polonium. Les scientifiques suisses, qui ont remis leur rapport à Souha Arafat, la veuve d'Arafat, et à l'Autorité palestinienne, ont indiqué avoir mesuré des doses de polonium jusqu'à 20 fois supérieures aux taux habituels, sans toutefois affirmer catégoriquement que cette substance radioactive était à l'origine du décès.

Yasser Arafat est mort à 75 ans le 11 novembre 2004. Il avait été admis fin octobre 2004 à l'hôpital militaire Percy, près de Paris, après avoir souffert de douleurs abdominales sans fièvre dans son quartier général de Ramallah, où il vivait confiné depuis décembre 2001, encerclé par l'armée israélienne. Sa veuve Souha n'avait pas demandé d'autopsie.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article