C'était comment la présidentielle de 1958 ?

Publié le par L'Express

L'Express revient sur la première élection présidentielle de la Ve République, qui a vu le triomphe de Charles de Gaulle.

Charles de Gaulle lors de la passation de pouvoir avec René Coty le 8 janvier 1959

Charles de Gaulle lors de la passation de pouvoir avec René Coty le 8 janvier 1959

A première présidentielle de la Ve République, élection particulière. D'abord par son mode de scrutin: le chef de l'Etat n'est toujours pas élu au suffrage universel direct, mais il est désigné par un corps de 80 000 grands électeurs, composé de parlementaires, de conseillers généraux et municipaux.

Ensuite parce qu'elle est la seule présidentielle à s'être réglée en un seul tour. Charles de Gaulle écrase ses deux seuls concurrents de gauche, le communiste Georges Marrane et Albert Châtelet. Il devient président de la République le 21 décembre avec 78,51% des suffrages. 

Enfin, cette présidentielle se démarque des autres parce qu'elle est l'oeuvre d'un seul homme, Charles de Gaulle justement. Comme co-auteur avec Michel Debré de la constitution, il est à l'origine de ce scrutin. Il en est également le seul candidat, tant il a surclassé, par son aura, les autres candidats. 

La présidentielle de 1958 marque également la fin d'une période d'instabilité politique. En mai de la même année, un putsch est fomenté à Alger. A Paris, le général de Gaulle rencontre le président du Conseil, Pierre Pflimlin, mais les deux hommes ne parviennent pas à s'entendre. Le lendemain, de Gaulle assure pourtant qu'il travaille "à l'établissement d'un gouvernement républicain capable d'assurer l'unité du pays". Il apparaît alors comme le seul capable d'éviter à la France un changement brutal de régime. Le 29 mai, le président de la République, fonction alors honorifique, René Coty l'appelle à devenir le dernier président du Conseil de la IVe République, première marche vers l'Elysée.

Les résultats complets:

81 764 électeurs pour une participation de 99,42%.

 

  • Charles de Gaulle (Union pour la nouvelle République) 62 394 voix, soit 78,51%
  • Georges Marrane (Parti communiste) 10 355 voix, soit 13,03%
  • Albert Châtelet (Union des forces démocratiques) 6 721 voix, soit 8,46% 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article