Caylus. Hommage au commandant Normand, un «désobéissant» mort à Buchenwald

Publié le par La Dépêche

La Dépêchepublié le 16/11/2012 à 08h57

Cérémonie au camp



Les hommages rendus au lieutenant-colonel Normand

Les hommages rendus au lieutenant-colonel Normand, en présence de Mme Miquel, fille de l'adjudant-chef Gilles

 

Hier, le camp militaire de Caylus, qui porte son nom, a rendu hommage au lieutenant-colonel Normand. Soldat du contingent en 1910, au 137e régiment d'infanterie de Fontenay-le-Comte, le futur commandant Normand signe un engagement en 1913, quand il est nommé sergent. Nommé sous-lieutenant en 1915, il sort du conflit capitaine en 1918, à 28 ans. Douze ans en garnison à Kairouan, en Tunisie; chef de bataillon en 1937, il est fait officier de la Légion d'honneur en 1938.

Affecté au dépôt, 172 bis, camp de Caylus, il fait procéder à des camouflages d'armes, de camions, d'essence et autre matériel. Arrêté par la Gestapo, interné à Toulouse, le commandant Normand (promu lieutenant-colonel à titre posthume) est mort le 15 novembre 1943, à Buchenwald. Son décès fut consécutif à une intraveineuse réalisée par un «médecin» de la Gestapo avec de l'essence de térébenthine.

L'adjudant-chef Gilles, son compagnon de Résistance, puis d'internement, a pu rapporter ces faits à la Libération.

L'adieu aux armes de l'adjudant-chef Palla

Après plus de trente-sept ans de service rendus au sein de l'armée de terre, l'adjudant-chef Palla quitte l'institution militaire.

Totalisant douze affectations, dont six en outre-mer et trois d'opérations extérieures; ayant servi dans la plupart des unités parachutistes, il a été décoré de la Médaille militaire et de l'ordre national du Mérite au grade de chevalier.

D'une carrière exemplaire, il a reçu les remerciements pour son travail accompli et sa disponibilité de tous les instants.

Le commissaire Teissie, du groupement de soutien de la base de défense de Montauban, lui a souhaité «Bon vent, bonne mer» pour les années à venir.

Remise de lettre de félicitations. Marie-Madeleine Brelivet et Jean-Paul Toulis, ouvriers d'état au groupement du camp de Caylus, ont reçu une lettre de félicitations pour l'exemplarité dans leur travail, remise par le lieutenant-colonel Blatt, commandant en second du 17e régiment du génie parachutiste.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article