De Pont-Saint-Esprit au III° Reich, l'itinéraire sanglant de ces français de la Wehrmacht

Publié le par Midi Libre

Midi Librepublié le 07/05/2013 à 06h00

Pendant deux jours, à l'occasion de la commémoration de la victoire du 8 mai, Midi Libre Gard rhodanien se penche sur des événements et personnages - parfois méconnus - qui ont marqué la région pendant la période troublée de l'occupation.



Les membres de la 8e compagnie posant à Pont

Les soldats français de la division Brandebourg posant à Pont-Saint-Esprit

 

La mémoire est floue, et aujourd’hui, peu de gens se rappellent des soldats de la Wehrmacht qui ont résidé à Pont-Saint-Esprit, de janvier à août 1944.

Ceux qui ont vécu à cette époque les appellent “Waffen SS” -parce qu’ils chassaient les résistants- ou “miliciens”, parce qu’ils parlaient couramment le français. En réalité, ils étaient des soldats de l’armée allemande. Mais pas n’importe quels soldats: ils faisaient partie de la division d’élite Brandebourg, ou Brandenburg. D’abord versée dans la reconnaissance et le renseignement, elle va vite faire de la traque brutale des partisans sa spécialité.

La mémoire est floue, et aujourd’hui, peu de gens se rappellent des soldats de la Wehrmacht qui ont résidé à Pont-Saint-Esprit, de janvier à août 1944. Ceux qui ont vécu à cette époque les appellent “Waffen SS” - parce qu’ils chassaient les résistants - ou “miliciens”, parce qu’ils parlaient couramment le français. En réalité, ils étaient des soldats de l’armée allemande. Mais pas n’importe quels soldats : ils faisaient partie de la division d’élite Brandebourg, ou Brandenburg. D’abord versée dans la reconnaissance et le renseignement, elle va vite faire de la traque brutale des partisans sa spécialité. En employant des gens du cru.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article