Des députés UMP soutiennent le transfert du général Bigeard aux Invalides

Publié le par L'Express

JournalL'Express publié le 08/12/2011 à 16:48

44 députés, essentiellement de l'UMP, et des officiers supérieurs publient une pétition en faveur d'un transfert aux Invalides des cendres du général Bigeard, dont le rôle dans la bataille d'Alger, en 1957, a suscité la controverse.

BigeardLe général Bigeard "était un vrai républicain". Tel le message des signataires d'une petition qui souhaitent qu'un hommage lui soit rendu au nom d'"une France fière de son histoire de Nation libre". 

Plusieurs officiers supérieurs et 44 députés, essentiellement de l'UMP, soutiennent le projet de transférer les cendres du général Bigeard aux Invalides, dans une pétition mise en ligne sur Internet quelques jours après la publication d'un texte hostile à cet hommage. 

Signé notamment par six généraux, cet "Appel national au soutien" fait suite à une autre pétition diffusée fin novembre par des politiques et intellectuels de gauche demandant au gouvernement de renoncer à transférer les cendres de Marcel Bigeard aux Invalides, où reposent quelques gloires de l'armée française. 

"Près de cinquante ans après la fin de la guerre d'Algérie", il "ne peut, certes, être compris de ceux qui furent en ces temps là, moins des combattants que les collaborateurs zélés des terroristes", écrivent-ils.

La torture, "un mal nécessaire"?

L'appel est notamment signé par les généraux Lucien Le Boudec, Georges Grillot, François Cann et Christian Piquemal, président de l'Union des parachutistes. 

Les députés Bernard Carayon, Lionnel Luca, Alain Marleix, Hervé Novelli et Guy Teissier, figurent parmi les premiers signataires. Le ministère de la Défense a annoncé mi-novembre que les cendres du général Bigeard, mort en juin 2010 à l'âge de 94 ans, seront transférées à l'Hôtel des Invalides à Paris. 

L'ancien militaire souhaitait qu'elles soient dispersées sur Dien Biên Phù, l'ancien camp retranché français au Vietnam, mais les autorités vietnamiennes s'y sont opposées. Résistant durant la Seconde Guerre mondiale, Marcel Bigeard s'est ensuite battu jusqu'à la chute de Bien Biên Phù, avant d'être détenu six mois par l'armée du Vietminh. Son rôle lors de la bataille d'Alger en 1957, durant laquelle la torture a été fréquemment pratiquée, suscite en revanche la controverse. En 2000, il l'avait qualifiée de "mal nécessaire", en démentant l'avoir pratiquée lui-même.  

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article