Duhamel Marcel

Publié le par Roger Cousin

Marcel Duhamel (16 juillet 1900 à Paris – 6 mars 1977, Saint-Laurent-du-Var) est un éditeur (créateur de la Série noire chez Gallimard) et traducteur. Il a également été scénariste et acteur.

Duhamel Marcel

Après son service militaire pendant lequel il fit la rencontre décisive à Istanbul du poète Jacques Prévert, il s'installe dans le quartier de Montparnasse et fréquente un groupe de surréalistes, dont le peintre Yves Tanguy et la plupart des écrivains des années 1930. En 1928, il traduit un premier roman, Les Émeraudes sanglantes de Raoul Whitfield. Il enchaîne divers petits métiers comme celui de modiste, décorateur, chef de plateau aux studios Pathé-Nathan, publicitaire, éditeur pendant deux ans d'une revue de tourisme (Voyage en France). Suite à la traduction d'un second roman (Le Petit César de William Riley Burnett), il travaille pour les studios de la Tobis Klangfilm et adapte les dialogues de plus d'une centaine de films américains. Parallèlement, il joue au cinéma dans des films comme L'affaire est dans le sac (de Pierre et Jacques Prévert, 1932), Le Dernier Milliardaire (de René Clair, 1934), ou Le Crime de Monsieur Lange (de Jean Renoir, 1936).

Sa rencontre avec le dramaturge Marcel Achard en 1944 est déterminante. Ce dernier lui fait découvrir deux romans noirs de Peter Cheyney. Enthousiaste, Marcel Duhamel les traduit et propose à Gallimard de les publier dans une nouvelle collection. En octobre 1945 sera créée la « Série noire » et il dirigera cette collection jusqu'à sa mort en 1977, popularisant ainsi le roman noir américain auprès de plusieurs générations de Français. Durant les années 1950 et 1960, il crée et anime d’autres collections littéraires : « Série Blême » et « Panique » (Gallimard), « Oscar » (Denoël), « Haute tension » (ZED). Il mène en même temps une activité de traducteur des œuvres de John Steinbeck, Ernest Hemingway, Richard Wright, Erskine Caldwell, Irwin Shaw et de nombreux auteurs de romans noirs. Adaptateur pour le théâtre de plusieurs romans (Pas d'orchidées pour Miss Blandish ; Du rififi chez les hommes, etc.), Marcel Duhamel a aussi signé une autobiographie : Raconte pas ta vie (Mercure de France, 1972). En 1948, Marcel Duhamel écrit ce qui restera longtemps « le manifeste de la "Série noire". Après plus de cinquante ans, ce texte reste d'une rare actualité.

« Que le lecteur non prévenu se méfie : les volumes de la "Série noire" ne peuvent pas sans danger être mis entre toutes les mains. L'amateur d'énigmes à la Sherlock Holmes n'y trouvera pas souvent son compte. L'optimiste systématique non plus. L'immoralité admise en général dans ce genre d'ouvrages uniquement pour servir de repoussoir à la moralité conventionnelle, y est chez elle tout autant que les beaux sentiments, voire de l'amoralité tout court. L'esprit en est rarement conformiste. On y voit des policiers plus corrompus que les malfaiteurs qu'ils poursuivent. Le détective sympathique ne résout pas toujours le mystère. Parfois il n'y a pas de mystère. Et quelquefois même, pas de détective du tout. Mais alors ?... Alors il reste de l'action, de l'angoisse, de la violence — sous toutes ses formes et particulièrement les plus honnies — du tabassage et du massacre. Comme dans les bons films, les états d'âmes se traduisent par des gestes, et les lecteurs friands de littérature introspective devront se livrer à la gymnastique inverse. Il y a aussi de l'amour — sous toutes ses formes — de la passion, de la haine, tous les sentiments qui, dans une société policée, ne sont censés avoir cours que tout à fait exceptionnellement, mais qui sont ici monnaie courante et sont parfois exprimés dans une langue fort peu académique, mais où domine toujours l'humour. En bref, notre but est fort simple : vous empêcher de dormir. À cet effet, nous avons fait appel aux grands spécialistes du roman policier mouvementé : James Cain, James Hadley Chase, Peter Cheyney, Horace Mac Coy, Dashiell Hammett, Don Tracy, Raoul Whitfield, etc., et tous nous ont donné le meilleur de leurs œuvres pour cette louable entreprise. Il paraît deux titres par mois. A l'amateur de sensations fortes, je conseille donc vivement la réconfortante lecture de ces ouvrages. En choisissant au hasard, il tombera vraisemblablement sur une nuit blanche.»

Filmographie

Comme Acteur

  • 1931 : La Pomme de terre / Prix et profits de Yves Allégret - court métrage -
  • 1932 : Comme une carpe / Le muet de Marseille de Claude Heymann - court métrage -
  • 1932 : L'affaire est dans le sac de Pierre Prévert - moyen métrage - : Le monsieur pressé / Le capitaine de dragons
  • 1933 : La Tête de veau de Emil-Edwin Reinert - court métrage -
  • 1933 : On déjeune à midi de Emil-Edwin Reinert - court métrage -
  • 1933 : Ciboulette de Claude Autant-Lara : Le voleur
  • 1934 : Por un perro chico, una mujer de Santiago de La Concha
  • 1934 : Un chien qui raccroche de Santiago Ontanon et R. Soriano - moyen métrage -
  • 1934 : L'Hôtel du libre échange de Marc Allégret : Mr. Chervet, un client
  • 1934 : Le Dernier Milliardaire de René Clair
  • 1935 : Un oiseau rare / Les deux gagnants de Richard Pottier - Le baron Tourtau -
  • 1935 : Le commissaire est bon enfant, le gendarme est sans pitié de Jacques Becker et Pierre Prévert
  • 1935 : Méfiez-vous des amis / Affaire garantie de Michel Einert - court métrage -
  • 1936 : Moutonnet de René Sti
  • 1936 : Le Crime de Monsieur Lange de Jean Renoir: le contremaitre
  • 1936 : La vie est à nous réalisation collective (Jean Renoir, Jean-Paul Le Chanois,Jacques Becker...) : M. Moutet, le volontaire national / Le propriétaire du garage
  • 1936 : Les Gais lurons de Paul Martin et Jacques Natanson : Hopkins
  • 1937 : Drôle de drame ou L'étrange aventure de Docteur Molyneux de Marcel Carné : Un fêtard
  • 1937 : L'Affaire du courrier de Lyon de Maurice Lehmann et Claude Autant-Lara : Guénot
  • 1937 : Forfaiture de Marcel L'Herbier : Casaux
  • 1937 : Le Gagnant / Amour et automobile de Yves Allégret - moyen métrage -
  • 1938 : J'étais une aventurière de Raymond Bernard
  • 1938 : Carrefour / L'homme de la nuit de Kurt Bernhardt : Le domestique
  • 1938 : Les Gens du voyage de Jacques Feyder
  • 1939 : La Piste du nord de Jacques Feyder : Un journaliste
  • 1939 : Le Dernier Tournant de Pierre Chenal - Le monsieur pressé -
  • 1939 : L'Esclave blanche de Marc Sorkin - Un ouvrier -
  • 1939 : Le Récif de corail de Maurice Gleize - Un docteur -
  • 1940 : L'Émigrante de Léo Joannon
  • 1940 : Narcisse de Ayres d'Aguiar
  • 1941 : L'Embuscade de Fernand Rivers
  • 1941 : Remorques de Jean Grémillon : Pierre Poubennec
  • 1943 : Le Soleil a toujours raison de Pierre Billon
  • 1943 : Picpus de Richard Pottier : Le peintre
  • 1943 : Le Voyageur de la Toussaint de Louis Daquin : Le juge d'instruction
  • 1958 : Paris mange son pain de Pierre Prévert - court métrage -
  • 1960 : Interpol contre X de Maurice Boutel

Comme scénariste

  • 1953 : Cet homme est dangereux de Jean Sacha

Comme réalisateur

  • 1928 : Souvenirs de Paris / Paris express - court métrage, co-réalisation avec Pierre Prévert
  • 1959 : Paris la belle - court métrage, documentaire - co-réalisation avec Pierre Prévert - Il est également l'auteur de l'œuvre originale.

 

Publié dans Métiers du Spectacle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article