Gabriel Bombardier, un résistant est parti

Publié le par Midi Libre

Midi Librepublié le 30/01/2013 à 14h18

Gabriel BombardierGabriel Bombardier a vu le jour le 22 décembre 1918 à Bru, petite commune des Vosges de 600 âmes. Après sa scolarité il apprit le métier de boulanger, activité qu'il exercera jusqu'à son appel sous les drapeaux, service militaire qu'il fit au 404éme régiment à Frontignan, lorsque que la guerre éclate Gabriel est arrêté une 1er fois en 1941 et libéré 15 jours plus tard. En 1943, en mars il est arrêté pour le seconde fois est envoyé en camp de concentration à Compiègne, deux mois plus tard il est transféré en Allemagne dans un autre camp de concentration, il y connaitra la faim et la peur, il tentera de s'évader en creusant un tunnel avec pelle et pioche.

C'est le 08 mai 1945, amaigri et malade qu'il sera libéré par l'armée du Josip Tito et rapatrié dans un hôpital français. Remis sur pied il rentre à Bru et s'engage dans la douane, il sera nommé dans les frontières de l'est en Sarre, il y restera 6 années. En 1959 on lui accorde une mutation et c'est à Sète qu'il est nommé et y terminera sa carrière. Il s'engagera alors dans des associations caritatives, il sera l'un des membres fondateurs du Souvenir Français.

Il restera, à jamais, pour les adhérents du Souvenir Français un exemple. « Il paraît que la mort ne survient que lorsque l'on ne parle plus de vous, il est parti mais alors il n'est pas prêt de mourir » commente le président du souvenir Français, Valentin Jean.

Gabriel Bombardier s'est éteint le 06 janvier 2013 à l'âge de 94 ans.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article