Harry Mulisch est mort

Publié le par Le Nouvel Observateur

JournalLe Nouvel Observateur publié le 02/11/2010 à 15h42

L'auteur de « L'Attentat » et de « La Découverte du ciel » était l'un des plus grands écrivains  néerlandais contemporains. Décédé samedi à l'âge de 83 ans, il laisse derrière lui une œuvre essentiellement marquée par la Seconde Guerre mondiale.

Mulisch Harry« Je suis la Seconde Guerre mondiale » s'exclamait souvent Harry Mulish. Adolescent dans les années 40, le futur écrivain vécut la guerre dans un contexte très particulier. Son père, officier de l'armée austro-hongroise en 14-18, travaillait pour une banque allemande de sympathie nazie qui gérait les biens spoliés aux Juifs aux Pays-Bas. Ses contacts avec le régime nazi lui permirent d'éviter la déportation du jeune Mulisch et de sa mère, une Juive allemande née à Anvers.

Les romans les plus célèbres de l'auteur sont tous marqués par la traumatisante ambiguïté qui caractérise cette période de sa vie: « L'Attentat » évoque les tourments d'un médecin hollandais dont la famille fut abattue par les nazis sous ses yeux alors qu'il avait 12 ans ; « Siegfried » raconte les interrogations d'un romancier hollandais pour qui seule la fiction peut permettre de comprendre Hitler ; le bombardement de Dresde est au centre de « Noces de pierre » ; « La Découverte du ciel », systématiquement présenté comme « meilleur roman hollandais de tous les temps », et dont l'adaptation au cinéma a remporté un oscar en 2001, met notamment en scène un homme orphelin d'une mère juive déportée et d'un père collaborateur.

Auteur de plus de 70 nouvelles, romans, essais, recueils de poèmes et pièces de théâtre, Harry Mulisch n'hésitait pas à se proclamer meilleur auteur de tous les temps et n'a cessé de réclamer le Prix Nobel de Littérature, rappelle volontiers Cees Nooteboom, son compatriote et homologue (donc rival?). Contrairement à ses appels du pied, l'obsédante réflexion sur la guerre qui marque son œuvre n'est assurément pas vaine.


Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article