Hier la rue Sainte-Catherine se souvenait...

Publié le par 20 Minutes

Lyon : Hier, la rue Sainte-Catherine se souvenait...

Hier la rue Sainte-Catherine se souvenait...

Le devoir de mémoire avait rendez-vous hier au quartier des Terreaux. Une cérémonie officielle a eu lieu dans la matinée pour rendre hommage aux victimes de la rafle de la rue Sainte-Catherine (1er), le 9 février 1943. Quatre-vingt-six personnes furent arrêtées ce jour-là au siège de l’Union générale des Israélites de France (Ugif), où la Gestapo de Klaus Barbie avait mis sur pied une terrible souricière.

Parmi les victimes figurait notamment Simon Badinter, le père de Robert Badinter. L’ancien ministre socialiste de la Justice, à qui l’on doit l’abolition de la peine de mort en France, avait miraculeusement échappé au piège tendu par l’occupant allemand.

Sur les quatre-vingt personnes déportées à Auschwitz-Birkenau, trois seulement survécurent. Pendant le procès Barbie, en 1987 à Lyon, un témoin de la scène, Michel Thomas, avait déclaré : « Il y a une ressemblance certaine entre Barbie et l’un des Allemands présents dans les locaux de l’Ugif. »

Deux personnes accusées d’avoir « troublé » le déroulement de la cérémonie ont été interpellées hier et placées en garde à vue. « Un policier a reçu un coup de poing au visage, un autre a été blessé à la main », indique-t-on de source policière. Selon des témoins, l’interpellation, elle aussi, a été musclée.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article