Hommage à Souza Dantas

Publié le par Roger Cousin

JournalAmbassade du Brésil en France publié le 15/12/2011 à 20:37

Ambassadeur du Brésil en France entre 1922 et 1944, prisonnier de guerre interné en Allemagne, Luiz Martins de Souza Dantas (1876 –1954), a aidé des centaines de familles juives et d’autres personnes persécutées par les nazis à émigrer au Brésil en leur délivrant des visas.

Dantas SouzaMalgré la politique d’immigration très restrictive vis à vis des Juifs menée par le gouvernement brésilien de l’époque – celui de Getúlio Vargas, Souza Dantas, bravant l’interdiction, aurait concédé environ 500 visas et aidé plus de 800 personnes à fuir la barbarie nazie.

En 1941, l’enquête administrative menée contre lui, l’accusant de fournir des « visas irréguliers » et à l’issue de laquelle il a été sommé de prendre sa retraite (l’Ambassadeur s’est toutefois maintenu à son poste car il était impossible de lui trouver un substitut en cette période troublée), ne l’a pas empêché de continuer à délivrer les visas. Les portes de l’ambassade du Brésil à Vichy, où avait été transférée la délégation brésilienne, sont restées ouvertes aux personnes menacées.

En apprenant qu’il serait jugé par le gouvernement brésilien, il s’est exprimé ainsi dans un télégramme : « Je rappelle que, puisqu’il n’y a pas ici de consulat, je me suis vu obligé, sans perdre une minute, d’assumer des fonctions consulaires afin de littéralement sauver des vies humaines et ce, en raison de la plus grande catastrophe dont a jamais pâti l’humanité. Animé par les sentiments les plus élémentaires de piété chrétienne, j’ai fait ce qu’aurait fait, avec la noblesse d’âme des Brésiliens, le plus glacial d’entre eux (…) ».

En 1943, le siège de l’ambassade du Brésil a été envahi par des officiers nazis. L’Ambassadeur et ses collaborateurs ont été déportés à Bad Godesberg, en Allemagne et enfermés dans un hôtel jusqu’en mars 1944, quand ils ont été échangés contre des prisonniers allemands au Brésil.

Reconnaissance internationale

Longtemps ignorées du public, les actions de solidarité de Souza Dantas ont récemment été internationalement reconnues. La Fondation internationale Raoul Wallenberg, un organisme dédié à la mémoire de ceux qui se sont battus contre le nazisme, a décidé de créer cette année un Institut Souza Dantas. En 2003, le Yad Vashem (le mémorial de la Shoah pour le peuple juif en Israël) lui a décerné le titre de "Juste parmi Les Nations". A Paris, une plaque lui rend hommage à l’emplacement de l’ancienne ambassade du Brésil.


Biographie

L’historien Fabio Koifman a rassemblé plus de 7500 documents et établit une liste de 245 noms de personnes sauvées par Souza Dantas. A partir de ses recherches, Fabio Koifman a écrit une biographie de l’Ambassadeur, intitulée Quixote nas trevas, « Un Quixote dans les ténèbres » (Ed. Record, 2002, São Paulo).


Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article