Hommages à Jacques Prévert

Publié le par Le Nouvel Observateur

L'exposition sur Jacques Prévert, «Paris la belle», ouvre ses portes aujourd'hui, à l'Hôtel de Ville de Paris. L'occasion de redécouvrir le poète des «Feuilles mortes». On pourra y voir des photos, des documents d'archives, des collages et tableaux de ce touche-à-tout, qui fut aussi un grand dialoguiste de cinéma: «Drôle de drame», «Quai des brumes», «Les Enfants du paradis»... Le titre même de l'expo est celui d'un film qu'il réalisa avec son frère, Pierre Prévert.

Hommages à Jacques Prévert

Prévert, on le sait, est un amoureux de Paris, fréquentant assidûment  après la Première Guerre le 54 rue du Château, repaire du groupe surréaliste, et c'est lui qui invente les fameux «cadavres exquis», littéraires ou dessinés.

Dans les années 30, il fait partie du groupe Octobre et écrit pour la troupe des sketchs en prise directe sur l'actualité. A ses côtés, son frère, Raymond Bussières, Maurice Baquet, Mouloudji, Paul Grimault, Yves Allégret... Quand l'aventure d'Octobre prend fin, Jacques Prévert se consacre au cinéma. Il crée ce qu'on va appeler «le réalisme poétique», Marcel Carné, avec qui il travaille, préférant pour sa part parler de «fantastique social».

Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que paraîtront ses recueils de poèmes: «Paroles», «Spectacle», «Histoires», «Fatras».

Prévert réalise aussi à partir des années 50, des tableaux et des collages qu'on pourra voir dans cette exposition, et dans le catalogue édité pour l'occasion.

Ce catalogue existe d'ailleurs existe en deux versions, dont une allégée pour la jeunesse (chez Flammarion)

Toujours pour les enfants, Le Cherche-Midi vient de faire paraître «Guignol», textes de Prévert et dessins d'Elsa Henriquez, une pièce de théâtre où un chien parle et où l'on rencontre le Marchand de sable.

Au Cherche-Midi, encore, «Charmes de Londres», où se mêlent textes de Prévert et photos d'Izis, pour une évocation de la ville.

Chez Gallimard paraissent deux livres signés Prévert (en librairie le 6 novembre): un recueil de poèmes, «Soleil de nuit», et «La Cinquième Saison».

Enfin, chez Albin Michel, un livre de Jean-Claude Lamy s'intéresse «aux» Prévert, rendant ainsi justice à Pierre, frère et complice de Jacques («Les Frères amis»). 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article