Il y a 70 ans la manifestation des jeunes

Publié le par Rodney42

Le Point publié le 11/11/2010 à 12:14

Il y a 70 ans, la manifestation des jeunes Parisiens, premier acte de résistance

Il y a 70 ansNicolas Sarkozy a rendu hommage jeudi aux milliers de lycéens et étudiants parisiens qui manifestèrent le 11 novembre 1940 à l'Arc de Triomphe contre l'occupation nazie, à l'occasion des cérémonies commémorant l'armistice de la Première guerre mondiale.

Il y a 70 ans, le 11 novembre 1940, 2.500 jeunes lycéens et étudiants, chantant La Marseillaise ou criant "Vive de Gaulle" sur les Champs-Elysées et à l'Arc de Triomphe, furent les acteurs du premier acte public de la Résistance en pleine occupation allemande.

Le gouvernement a décidé de commémorer cette page d'histoire à l'occasion de la date anniversaire de l'armistice de 1918. Il est notamment prévu un hommage de Hubert Falco (Anciens combattants) devant le monument parisien des élèves et étudiants morts pour la France, mercredi au Jardin du Luxembourg.

A l'issue de cette manifestation du 11 novembre 1940, un millier de lycéens et étudiants furent arrêtés par la Wehrmacht et la police française, 123 d'entre eux furent incarcérés -souvent de longs mois- et une quinzaine blessés par les balles, les éclats de grenade et les crosses des fusils des soldats allemands.

Cette manifestation fut aussi "le tremplin de l'entrée dans la Résistance de nombreux étudiants et lycéens de Paris", écrit Maxime Tandonnet dans son livre "1940, un autre 11 novembre" (Tallandier). Dans ses Mémoires de guerre, de Gaulle qualifia cette manifestation de "première réponse de la France à son appel du 18 juin".

A l'automne 40, le mécontentement des étudiants est renforcé par l'arrestation, le 30 octobre, de trois responsables universitaires. Le 8 novembre, des mots d'ordre circulent dans les lycées et les facultés en donnant rendez-vous le 11 novembre au Rond-point des Champs-Elysées pour fleurir la statue de Clemenceau et gagner l'Arc de Triomphe.

"Le lundi 11 novembre en début d'après-midi, jour de mes 18 ans, je trouve sur mon pupitre au lycée Condorcet un tract appelant à manifester à 17h00", raconte à l'AFP Pierre-André Dufetel, président national de l'Association des résistants du 11 novembre 1940. Fils d'un ancien combattant de la Grande Guerre, amputé d'un bras, le jeune "patriote" quitte le lycée pourtant fermé par le proviseur.

Il gagne le quartier des Champs Elysées vers 17h00, retrouve quelques lycéens dont l'un tente vainement d'arracher le fusil de la sentinelle allemande de l'hôtel Claridge où sont logés des officiers supérieurs allemands. "Nous nous dirigeons vers l'Etoile, nous entendons des coups de feu, les policiers parisiens sont dépassés et vers 18h00, des camions bâchés déversent des soldats allemands qui se précipitent vers les manifestants", dit M. Dufetel qui "gueule +bandes de salauds+ après avoir reçu un coup de crosse dans le dos".

"J'ai battu le record du 100 mètres pour m'échapper en entendant claquer la culasse d'un fusil mais le soldat n'a pas tiré et je suis rentré chez moi en métro". Il retrouvera ensuite son père, membre du réseau Kléber, resté à Boulogne-sur-Mer où il fera du renseignement militaire. Son père, arrêté par la Gestapo, sera déporté et disparaîtra en Allemagne.

Francis Faivre, 18 ans, lycéen à Sainte-Croix de Neuilly, est le témoin, son cartable à la main, raconte-t-il à l'AFP, du tabassage d'un lycéen par trois soldats allemands. Arrêté par "trois tankistes allemands", il est emmené dans la cour intérieure de l'hôtel Continental où un groupe d'une dizaine de lycéens, dont une fille, fait l'objet d'un simulacre d'exécution.

Emprisonné quatre semaines à la Santé, Francis Faivre rejoindra en juillet 1943 la Résistance en Bretagne pour échapper au Service du travail obligatoire, participant en août 1944 à l'opération de libération de prisonniers de la prison de Saint-Brieuc.

Les manifestants du 11 novembre furent traités quelques jours plus tard de "galopins et fils de riches" par le collaborateur Jacques Doriot.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article