La 2 059e conférence d'Ange Ayora

Publié le par Midi Libre

La 2 059e conférence d'Ange Ayora

Une matinée intense. Un exposé instructif, parfois douloureux, souvent déchirant. Ange Ayora, 90 ans, en a fait sa mission : "que nul n'oublie jamais". "Lorsque je serai parti, c'est vous qui viendrez à ma place pour raconter".

La 2 059e conférence d'Ange Ayora

Raconter cette histoire, son engagement, son combat, son calvaire, sa libération et la victoire sur les Nazis. Hier matin, cet ancien résistant narbonnais, arrêté en 1941, déporté en 1944 à Dachau puis Hersbruck, a tenu une conférence au collège La Nadière de Port-La Nouvelle. D'abord en petit comité, devant les cinq participants au concours national de la Résistance, puis en présence d'une centaine d'élèves de 3e.

Pour lui, il s'agit d'un rituel. A son actif : 2 059 réunions de ce type. "C'est en 1970, alors que j'étais inspecteur de police que j'ai décidé de parler, d'apporter mon témoignage. Parce que j'avais lu dans le journal qu'un révisionniste, un négationniste, un certain Robert Faurisson, expliquait que les camps d'extermination, les chambres à gaz, c'était de la foutaise, alors j'ai pensé qu'il fallait que les gens comme moi interviennent". Depuis, Ange Ayora n'a jamais cessé de conter l'horreur des crimes nazis.

A La Nouvelle, il est revenu sur cette "déshumanisation", "ces hommes de 30 kg qui devenaient fous, se jetaient sur les fils électriques pour mourir", sur "cette barbarie, ces coups", sur "cette ambiance insoutenable, indescriptible, ces chiens chargés d'achever les prisonniers, cette neige rougie par le sang…". Ange Ayora l'assure : "Il faut en parler. Sans haine, avec calme, simplement pour éviter que le pire se répète". Justine Lavoye, Pauline Crespin, Mathilde Raynal, Carl Herrero et Mao Man autour d'Ange Ayora.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article