La fille de Robert Boulin demande la réouverture de l'enquête sur sa mort

Publié le par Le Point

Le Pointpublié le 29/01/2013 à 11:32

Pour la fille de l'ancien ministre, convaincue qu'il s'agit d'un assassinat politique, "la vérité peut être établie mais le temps presse".

Fabienne BoulinFabienne Boulin-Burgeat, la fille de l'ancien ministre du Travail Robert Boulin, retrouvé mort dans 50 cm d'eau en 1979, a adressé à la garde des Sceaux Christiane Taubira une lettre ouverte, publiée mardi dans Sud Ouest, pour obtenir une réouverture de l'enquête.

"L'ouverture d'une nouvelle information judiciaire sur la base de l'ensemble des faits nouveaux découverts postérieurement à l'ordonnance de non-lieu s'impose toujours", souligne Fabienne Boulin dans une lettre adressée à Christiane Taubira, le jour de la diffusion sur France 3 d'un téléfilm épousant la thèse de l'assassinat. Pour la fille de l'ancien ministre, convaincue qu'il s'agit d'un assassinat politique, "la vérité peut être établie mais le temps presse".

"De nombreux témoins restent à entendre et ils n'accepteront de se confier qu'à un magistrat indépendant. Plusieurs expertises sont encore nécessaires, et possibles", affirme Fabienne Boulin-Burgeat, qui a toujours refusé la thèse officielle du suicide. Elle estime également : "Une reconstitution sur la scène du crime devrait enfin être ordonnée, qui démontrerait de facto que la thèse officielle est matériellement et scientifiquement infondée."

Victime d'une entreprise crimino-politique ?

Officiellement, le ministre de Valéry Giscard d'Estaing pressenti pour Matignon, Robert Boulin, s'était suicidé en absorbant des barbituriques après avoir été mis en cause dans une affaire immobilière à Ramatuelle (Var). Pour arriver à cette conclusion, les juges avaient notamment retenu les huit lettres envoyées la veille de sa mort par le ministre à des médias et différentes personnalités, dont Jacques Chaban-Delmas.

Le téléfilm diffusé sur France 3 mardi soir épouse la thèse de l'assassinat politique qui impliquerait Jacques Foccart, le "Monsieur Afrique" du général de Gaulle, aujourd'hui décédé.

Pour Fabienne Boulin-Burgeat, qui continue le combat commencé il y a33 ans par sa mère et son frère, il "illustre avec précision les rouages de l'entreprise crimino-politique dont il paraît de plus en plus clair que (s)on père fut la victime". "Cette explication (...) apparaît tout à fait crédible, contrairement à la thèse officielle du suicide, dont nous savons maintenant qu'elle fut hâtivement bâtie avant le tout début de l'enquête, avant même la découverte officielle du corps de mon père, avant même encore toute autopsie", ajoute-t-elle. En 2010, la fille de Robert Boulin avait déjà demandé la réouverture de l'enquête pour "charges nouvelles", qui avait été rejetée en juin 2011 par le parquet général de Paris.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article