La géante de pierre de Varreddes salue les combattants de la Marne

Publié le par Le Parisien

Le Parisienpublié le 10/07/2012 à 09h48

Qui sait que le Monument américain de Varreddes (Seine-et-Marne) avait attiré 30000 personnes à son inauguration en 1932 ? Que les Américains ont versé 2,5 millions de dollars, par souscription, pour financer cette statue de « la Liberté éplorée »? Le musée de la Grande Guerre de Meaux consacre sa première exposition temporaire à « The Marne Battle Monument » qui surplombe la route de Varreddes.

Monument américain de VarreddesDes mécènes américains ont offert ce cadeau à la France en retour de la statue de la Liberté et pour rendre hommage aux soldats de la bataille de la Marne.

Dans les allées de l'exposition, Joanne Berlemont, régisseuse des collections, s'attarde sur la collection reliée du « Times », qui évoque en 1914 cette bataille sur les coteaux briards. Une centaine de documents d'époque étayent l'exposition. Le « New York Times Magazine » présente même le projet du sculpteur au fusain. « Je voulais quelque chose de colossal pour la bataille de la Marne, écrivait Frederick William MacMonnies, le créateur du monument.

Les mécènes américains, des francophiles aisés, réfléchissent à un lieu d'implantation. En février 1927, Meaux l'emporte sur la porte Maillot et le bois de Vincennes, probablement grâce aux liens étroits entretenus par le député de Meaux, François de Tessan, avec les Etats-Unis.


Constituée de 220 morceaux pesant chacun entre 1 et 6 t

Frédérick William MacMonnies crée une maquette, avec cette femme nue dans des symboles entrelacés (lire par ailleurs). Le sculpteur italien Edmondo Quattrocchi se charge ensuite d'agrandir la statue à partir de la maquette. Il crée un modèle en argile de 3,10 m de haut à partir de blocs, tous retrouvés dans les collections du musée Bossuet. Il grossit ensuite ces blocs vingt fois pour construire la statue finale : 220 morceaux pesant chacun entre 1 et 6 t. Le chantier n'a duré qu'un an et demi. Et le 11 septembre 1932, ce cadeau à la France est inauguré en présence de 30000 personnes, dont le maréchal Pétain et le président du Conseil, Edouard Herriot.

L'exposition montre d'ailleurs un film d'époque et s'achève par des anecdotes d'habitants d'aujourd'hui. Comme Anne Féron, dont le grand-père paternel a vendu une parcelle de terrain pour construire cette statue. « Quand j'étais malade, enfant, le médecin me disait de monter prendre le grand air au Monument américain… »

Exposition jusqu'au 30 septembre, visible avec le billet d'entrée au musée de la Grande Guerre de Meaux (Seine-et-Marne). Tous les jours sauf mardi de 9h30 à 18h30 . Tél. 01.60.32.14.18.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article