Le massacre d'Oradour-sur-Glane

Publié le par Le Nouvel Observateur

Le 10 juin 1944, 642 civils, plus de 200 femmes et autant d'enfants, étaient massacrés dans le petit village d'Oradour-sur-Glane, non loin de Limoges (centre de la France), par une unité de quelque 150 SS qui remontait du sud vers le front de Normandie.

Le massacre d'Oradour-sur-Glane

Le massacre a été perpétré par des soldats de la 3e compagnie du 1er bataillon du régiment blindé "Der Führer", au sein de la division "Das Reich" commandée par le général Heinz Lammerding. Prétextant un contrôle d'identité, les SS de la 3e compagnie rassemblèrent à Oradour la population puis séparèrent les hommes des femmes et des enfants.

Les premiers furent abattus à la mitrailleuse dans des granges. Les femmes et les enfants furent eux enfermés dans l'église du village. Les SS introduisirent un gaz suffocant puis mirent le feu à l'édifice. Il n'y eut que quelques survivants. La veille, les SS avaient pendu à Tulle (sud) 99 civils aux balcons et aux lampadaires de la ville. La division "Das Reich" incluait des Alsaciens enrôlés de force par les Allemands. Lors d'un procès en 1953, 13 de ces "Malgré-nous" ont été condamnés puis aussitôt amnistiés par le Parlement sous la pression des élus alsaciens, et la colère des habitants d'Oradour. En signe de protestation, les représentants de l'Etat ne seront pas invités aux commémorations du massacre pendant plus de 20 ans.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article