« le procès des Ceausescu gêne les Roumains »

Publié le par 20Minutes - Armelle Le Goff

20Minutespublié le 13/11/2009 à 16h39 recueilli par Armelle Le Goff

En décembre 1989, la Roumanie est le dernier pays du bloc de l'Est à se détacher du communisme. Dans La Mort des Ceausescu. La vérité sur un coup d'Etat communiste, qui sort aujourd'hui, Catherine Durandin revient sur la genèse des événements roumains.

Catherine DurandinQu'est-ce qui va provoquer la chute du couple Ceausescu ?

Les manifestations commencent à Timisoara les 16 et 17 décembre 1989, provoquées par une situation économique et sociale dégradée. Le régime est pris au dépourvu. L'armée et la police tirent sur la foule, faisant une centaine de morts. Mais le mouvement continue à prendre de l'ampleur. Les manifestations se déplacent à Bucarest les 21 et 22 décembre. Au total, ces événements ont fait 1 100 morts dans tout le pays. Poussé par son entourage, Nicolae Ceausescu, à la tête du pays depuis 1965 et premier secrétaire du Parti communiste roumain, s'enfuit en hélicoptère, ce qui donne l'image désastreuse d'un dirigeant en fuite à la Louis XVI.

Mais la réalité c'est qu'un coup d'Etat est en train de se jouer en Roumanie...

Oui. Un coup d'Etat organisé par le général Stanculescu notamment. Pour légitimer le nouveau régime, un tribunal expéditif est organisé. Ceausescu et sa femme sont condamnés au peloton d'exécution pour avoir commis « un génocide contre le peuple roumain ». On les accuse d'être à l'origine de la mort de « 60 000 personnes à Timisoara », ce qui est faux.

Quel regard les Roumains portent-ils sur ces événements aujourd'hui ?

Ils sont très mal à l'aise. Il y a à la fois un grand respect pour les jeunes qui ont crié « liberté » et ont été tués, mais aussi une grande gêne par rapport au procès des Ceausescu. Les médias occidentaux n'ont pas non plus fait leur autocritique, alors qu'on a construit l'idée de charniers [après les manifestations de Timisoara], participé à la légitimation d'un procès inique. Comme si on avait voulu que le sang coule parce que c'était la fin de la guerre froide.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article