Le PS encense Mitterrand

Publié le par Dominique de Montvalon

Le PS encense Mitterrand

Fini le « devoir d'inventaire » sur le bilan de Mitterrand ! Le PS organise ce soir à la Bastille un concert pour fêter le trentième anniversaire de son élection.

Le PS encense Mitterrand

D'humeur maussade (voire rebelle) ces temps-ci, 44 % des électeurs interrogés par l'Ifop pour France-Soir considèrent que leur vie a « changé en mal » entre 1981 et 1995, soit durant les deux septennats de François Mitterrand, le seul socialiste qui ait permis à la gauche, depuis les débuts de la Ve République, d'accéder au pouvoir suprême. 27 % estiment que leur vie a changé « plutôt en bien ». 29 %, tout compte fait, qu'elle n'a pas changé.

A l'heure où, du côté du PS, on commémore les trente ans de la victoire de Mitterrand, il y a quand même des électeurs satisfaits, qui gardent en tout cas de ces quatorze ans-là un bon souvenir : ce sont les électeurs... socialistes. 55 % d'entre eux trouvent que l'impact des deux septennats de gauche a été « plutôt bon ». Mais 45 % des électeurs du Front de gauche (qui réunit aujourd'hui les électeurs communistes et les amis de Jean-Luc Mélenchon) sont d'un avis contraire : les années Mitterrand ont eu un impact « plutôt mauvais », disent-ils.

Par catégories socioprofessionnelles, les plus satisfaits de la séquence 1981-1995 sont, proportionnellement, les cadres supérieurs (42 %), puis les retraités (30 %). Les plus critiques – ou les plus désabusés – sont les ouvriers (49 %), devant les artisans et commerçants (48 %) et les employés (46 %). Pour un peu, cela rassemblerait à un match entre la France d'en haut et la France d'en bas.

Les 18-24 ans aiment Jospin

Qui est aujourd'hui, à vos yeux, « l'héritier le plus fidèle » de François Mitterrand ? a demandé l'Ifop. Cité en tête, mais de peu : Dominique Strauss-Kahn (22 %) devant François Hollande (19 %), Lionel Jospin (19 %) et Jack Lang (14 %). Ségolène Royal, qui revendique pourtant (et avec flamme !) sa part d'héritage, est nettement distancée (7 % seulement).

Ceux qui privilégient le nom de DSK comme meilleur héritier de Mitterrand (sans que, chez tous, ce soit un statut forcément flatteur) : les électeurs du PS (27 %), devant ceux du FN (23 %) et ceux de l'extrême gauche (22 %).

Ceux qui préfèrent son premier challenger, François Hollande : les amis de Bayrou (28 %), devant ceux du Front de gauche (19 %) puis les sympathisants d'Europe Ecologie (18 %).

On notera que François Hollande – probablement depuis qu'il s'affiche avec sa nouvelle compagne – est plus apprécié des hommes (24 %) que des femmes (15 %). Et que Lionel Jospin, le grand battu de 2002, trouve en 2011 ses meilleurs soutiens dans la tranche d'âge 18-24 ans (28 %).

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article