Marie-Claude Vaillant-Couturier

Publié le par L'Humanité

Déportée à Auschwitz et Ravensbrück, témoin au procès de Nuremberg et au procès Barbie

Marie-Claude Vaillant-Couturier

Le passé sert de mise en garde

D’abord il me semble extrêmement positif qu’on juge Touvier : ce procès va permettre de rappeler aux yeux de la nouvelle génération le rôle de Pétain et de la Milice dans la politique antisémite, dans la répression contre les résistants, dans la trahison des intérêts de la France. Le procès Barbie avait été très instructif, en particulier pour ceux qui n’ont pas connu cette période et qui ont pu prendre réellement conscience des horreurs du nazisme.

Après le procès de Barbie, je trouvais particulièrement scandaleux que Barbie ait été jugé parce qu’il était allemand, mais que des Français inculpés du même crime n’aient pas répondu de leurs actes devant la justice parce qu’ils étaient français. Si Bousquet, Legay, Papon et d’autres n’ont pas eu de procès, c’est parce qu’on a souhaité qu’il en soit ainsi. Je regrette que le chef d’accusation retenu contre Touvier soit limité par rapport à l’ensemble de ses crimes.

Cependant, c’est la première fois qu’un Français est jugé pour crime contre l’humanité. J’y vois le résultat de longues années de persévérants efforts de la part de ceux qui n’ont pas voulu que reste cachée cette page de notre histoire. Nous sommes fiers, dans cette période, des pages écrites par la Résistance, mais nous ne devons pas oublier pour autant celles du régime de Vichy. L’enseignement du passé doit servir de mise en garde. Il nous montre que la démocratie, le respect des droits de l’homme ne sont jamais gagnés une fois pour toutes. Ils doivent être en permanence défendus. »

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article