Musée de la Résistance ça avance à pas de fourmis

Publié le par Le Messager par Alexandra Collomb

En passant rue Sainte-Catherine à Bonneville, le panneau est toujours bien visible. "Réhabilitation du Musée de la Résistance, travaux réalisés entre octobre 2002 et mars 2003". Depuis beaucoup d'eau a coulé sous les ponts bonnevillois. Mais petit à petit, le dossier avance.

Musée de la Résistance ça avance à pas de fourmis

Il en fut encore question lors du congrès départemental de l'Association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance (Anacr) dimanche 11 avril à Sciez. La question était sur toutes les lèvres : 2010, année de commémoration du 65e anniversaire de l'armistice du 8 mai 1945 et du 70e anniversaire de l'appel du général De Gaulle, verra-t-elle la réouverture du musée de la Résistance de Bonneville, fermé depuis une dizaine d'années ? Eh bien, la réponse est non, même si les choses avancent.

Les travaux pourraient débuter à l'orée de 2011. « Le dossier reste à être finalisé. Il est sur le bureau du président du Conseil général, explique Raymond Mudry, 1er vice-président de l'instance départementale. Il est possible qu'on reprenne la maîtrise d'ouvrage pour qu'une seule structure qui mette en lien scénographie et investissements. Il n'y a pas de désaccord, mais une même volonté pour avancer. C'est sur la bonne voie  ! », conclut-il. Le Conseil général devrait financer le projet à hauteur de 80 %, les 20 % restant à la charge de la ville de Bonneville. Cet accord devrait être définitivement finalisé sous peu par Christian Monteil avec les différents partenaires et les services concernés. Mais d'ici là, motus sur les détails concrets.

Reloger les syndicats

« Le Conseil général a réaffirmé sa volonté de faire le projet. Et la ville a accepté la mise à disposition de tout le bâtiment » , explique quant à lui Martial Saddier. Le député-maire de Bonneville a simplement demandé au Conseil général de lui «  laisser le temps de reloger les syndicats », qui y sont actuellement. Pas une mince affaire tout de même et qui pourrait prendre plusieurs mois. Le maire espère y arriver pour la fin de l'année : « On pourrait alors commencer la réhabilitation début 2011 », espère-t-il. Toutefois, il veut désormais positiver et avancer : « Ce moment a été consacré à faire l'inventaire historique précis et cela aurait de toute façon pris du temps. » Dans le même temps, l'association des Amis du musée de la Résistance continue son travail de collecte. Il n'est pas rare qu'au décès de l'un de leurs proches, les descendants donnent spontanément leurs précieuses reliques et documents à l'association.

Dans le même temps, un travail de longue haleine est mené par les services culture et mémoire du Conseil général : trier les pièces (armes, drapeaux, documents : un important fonds constitué à l'origine par Roland Boisier), les répertorier, définir quelles pièces seront exposées, lesquelles seront mises en réserve, comment va s'organiser l'agencement, etc. Bref, toute la muséographie du futur bâtiment. Toutefois, là aussi le Conseil général ne souhaite pas pour l'instant donner les premiers éléments d'organisation intérieure du musée. Superstition sans doute tant que le dossier n'est pas à 100 % ficelé ? Quoi qu'il en soit ça avance. Certes à pas de fourmis, mais ça avance.

Atout touristique

Les anciens combattants se sont peu à peu fait une raison, tout en gardant un oeil sur ce qui se passe. « C'est vrai que ça avance tout doucement et qu'on aimerait que ça se finisse, car c'est notre histoire, souligne Pierre Vailly, président de l'Amicale des anciens combattants et victimes de guerre de Bonneville. Et puis, les touristes aussi le réclament. » Constant Paisant, président de l'Anacr locale et l'association des Amis du musée, attend un peu de voir avant de crier victoire face à ces avancées : « Parce que le projet a été reporté d'année en année. J'espère toujours, mais je suis de plus en plus dubitatif. Tant que ce n'est pas fait... La parole, c'est une chose, mais les actes, c'est autre chose ! » Il espère aussi que des jeunes vont reprendre un peu le flambeau «  pour qu'ensuite le musée continue toujours à vivre et soit en mouvement perpétuel ».

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article