Noro Line

Publié le par Mémoires de Guerre

Line Noro, née Aline Simone Noro, le 22 février 1900 à Houdelaincourt (Meuse) et morte le 4 novembre 1985 à Paris XIIIe, est une actrice française. 

Noro Line

Carrière

Line Noro, née Aline Noro, voit le jour le 22 février 1900 ou 1902 à Houdelaincourt. Douée d’un réel talent, elle l’a gaspillé à noyer de ses pleurs le cinéma français. Virus contracté dans la Mater Dolorosa d’Abel Gance dont elle fut l’héroïne de la version parlante. Elle passa le reste de son existence cinématographique à incarner les mères douloureuses, les femmes malheureuses, les héroïnes sacrifiées, bref à beaucoup pleurer et surtout faire pleurer, selon les règles du bon vieux mélo. Servie par un physique irréprochable, on pouvait sans peine, l’imaginer dans un autre registre. 

Elle a débuté au théâtre où elle avait travaillé avec Jacques Copeau et Charles Dullin, Line Noro méritait donc mieux, et elle le prouva à chaque fois qu’elle en eut l’occasion. Comment oublier son incroyable interprétation de la farouche Inès dans Pépé le Mocko, où elle donne la réplique à Jean Gabin, et surtout la Marie, dans Goupi les Mains Rouges, et sans oublier son incroyable création dans Le Secret de Madame Clapain, un film intéressant d’André Berthomieu, d’après un bon roman d’Edouard Estaunié.

Enfin son physique s’accordait au climat protestant de La Symphonie Pastorale, une adaptation froide et académique d’André Gide réalisée par Jean Delannoy. Elle crut se soustraire à cette humidité en rencontrant des vinaigrées, des droguées. Rien n’y fit, elle est demeurée la championne de la glande lacrymale ! Alors, comme elle était mal servie par le cinéma, Line Noro trouva à la Comédie-Française les compensations que méritait son grand talent.

Décès

Line Noro nous a quitté le 4 novembre 1985. Elle repose dans la 87e division (columbarium) case 1838.

Noro Line

Filmographie

Théâtre

  • 1921 : L'Affaire des poisons de Victorien Sardou, Trianon Palace
  • 1922 : L'Amour livre d'or d'Alexis Nikolaïevitch Tolstoï, mise en scène Nathalie Boutkovsky, Théâtre du Vieux-Colombier
  • 1922 : Les Plaisirs du hasard de René Benjamin, mise en scène Jacques Copeau, Théâtre du Vieux-Colombier
  • 1925 : Le Dieu de Vengeance de Sholem Asch, mise en scène Charles Dullin, Théâtre de l'Atelier
  • 1927 : Berlioz de Charles Méré, mise en scène Émile Couvelaine, Théâtre de la Porte-Saint-Martin
  • 1929 : Le Train fantôme de Arnold Redley, mise en scène Madeleine Geoffroy, Théâtre de la Madeleine
  • 1931 : Judith de Jean Giraudoux, mise en scène Louis Jouvet, Théâtre Pigalle
  • 1935 : Grisou de Pierre Brasseur, mise en scène René Rocher, Théâtre du Vieux-Colombier
  • 1938 : Septembre de Constance Coline, mise en scène René Rocher, Théâtre du Vieux-Colombier
  • 1950 : La Belle Aventure de Gaston Arman de Caillavet, Robert de Flers et Étienne Rey, mise en scène Jean Debucourt, Comédie-Française
  • 1952 : Six personnages en quête d'auteur de Luigi Pirandello, mise en scène Julien Bertheau, Comédie-Française
  • 1955 : L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel, mise en scène Julien Bertheau, Comédie-Française
  • 1960 : Tartuffe de Molière, mise en scène Louis Seigner, Comédie-Française : Mme Pernelle
  • 1965 : La Rabouilleuse d'Émile Fabre d'après Honoré de Balzac, mise en scène Paul-Émile Deiber, Comédie-Française

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article