Restitution des biens Juifs réunion importante à Prague

Publié le par JSS News - Ftouh Souhail

JournalJSS News publié le 20/05/2010 par Ftouh Souhail

Les représentants de trente nations entament aujourd’hui à Prague des discussions qui devraient aboutir sur l’élaboration de règles internationales qui aideraient à la restitution des biens volés et confisqués par les nazis à leurs propriétaires authentiques

Ghetto Varsovie Juifs Captures Fin InsurectionCes règles si ils seront définit constitueront  un engagement pris par 30 pays afin de surmonter les disparités préoccupantes qui subsistent encore, 65 ans après la fin de la guerre. Ces règles internationales concerneront les biens de l’Holocauste, ils  couvriront des points jamais abordés comme les aides sociales aux survivants et la restitution des propriétés privées.

Les nouvelles règles couvriront aussi la récupération des œuvres d’art spoliées. Ce dossier semble particulièrement problématique  en ce moment dans  marché de l’art international. En Autriche par exemple seul  10 000 œuvres, sur les 650 000 volées par les nazis, ont été restituées. Ne l’oublions pas aussi que la France, sous le gouvernement de Vichy, a  activement collaboré, non seulement, aux persécutions physiques, mais aussi à la spoliation des biens Juifs. En 2008, une exposition consacrée à certains tableaux (« A qui appartiennent ces tableaux ? ») a même été organisée à Paris et à Jérusalem.

L’année dernière une  Conférence à Prague a, aussi, envisagé, cette fois-ci, le sort des propriétés privées et communautaires (appartenant aux Communautés juives), confisquées par les nazis et qui, en Europe centrale et de l’Est, ont été conservées par les gouvernements, à l’époque communiste. La restitution ou l’indemnisation des biens volés aux Juifs, s’est heurtée à de sérieuses difficultés dans un certain nombre de ces pays, car, au lendemain de la chute du communisme   et l’avènement de la démocratie, les gouvernements ont souvent vendu ces biens à des particuliers, pour se procurer des ressources budgétaires.

Si certains de ces pays, comme la République tchèque, par exemple, ont tenu à honorer leur responsabilité, il n’en est pas de même d’un certain nombre d’autres, parmi lesquels la Pologne et les pays baltes, par exemple .Beaucoup de pays n’on pas encore  achevé, d’assumer financièrement, les conséquences de leur responsabilité morale dans la spoliation des Juifs, sous l’Occupation.

Le sort des biens des victimes de l’Holocauste reste l’un des problèmes les plus difficiles à résoudre. Le conseiller aux affaires de la Shoah de la Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a affirmé  que  »si les parties se mettaient d’accord, ce serait la première fois que des règles établies régiraient ce dossier de l’histoire ».


Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article