Robert Boulin, un crime d’État?

Publié le par Le Journal du Dimanche Eric Mandel

France 3 relance le débat sur la mort, en 1979, du ministre du Travail en exercice avec un documentaire et un téléfilm choc.

Robert Boulin, un crime d’État?

Le 30 octobre 1979, un homme est retrouvé noyé dans un étang au coeur de la forêt de Fontainebleau. Il est accroupi, « dans la position du musulman qui prie », dixit le rapport de police. L’homme s’appelle Robert Boulin, ancien résistant, gaulliste historique, maire de Libourne, ministre sous de GaullePompidouVGE… La police conclut au suicide. Archétype du politique intègre, Robert Boulin n’aurait pas supporté de se retrouver au coeur d’une affaire d’acquisition illégale d’un terrain à Ramatuelle (Var). Sa famille crie à l’assassinat politique. Trente ans plus tard, la thèse du suicide prévaut toujours, malgré les zones d’ombre d’une des affaires les plus troubles de la Ve République.

France 3 choisit de relancer le débat avec la diffusion d’un documentaire (Vie et Mort de Robert Boulin), de Gilles Cayatte, qui revient sur la carrière exemplaire de l’homme politique et accrédite la version officielle d’un homme poussé au suicide par le scandale. Le lendemain sera diffusé un téléfilm au titre sans ambiguïté : Crime d’État*. Réalisé par Pierre Aknine (Pompidou, la mort d’un président), avec dans le rôle de Robert Boulin un François Berléand impeccable de justesse, le téléfilm reprend les incohérences de l’enquête, mises en lumière par une contre-expertise, des livres et le documentaire Le Suicide était un crime d’État, diffusé en 2002 sur Canal+.

Comment un homme a-t-il pu se fracturer la cloison nasale en se noyant? Quid des entailles à la limite des poignets de Boulin? Pourquoi les lividités cadavériques se trouvent-elles sur le dos de la victime, alors qu’elles auraient dû se trouver sur son ventre? Assez habilement, ces faits avérés depuis la seconde autopsie, effectuée en 1983 à la demande de la famille Boulin, sont énumérés avec une ironie mordante par la voix post-mortem de Boulin, qui assiste à sa propre mort, son autopsie dirigée, pointe une enquête bâclée pour mieux accréditer la thèse du suicide.

Les réseaux Foccart, la Françafrique et le SAC

Mais le téléfilm va plus loin et pourrait faire grincer certains dentiers des barons de la chiraquie. Il appuie la thèse de l’assassinat maquillé en suicide orchestré par Jacques Foccart, "le Sphinx", l’homme de la Françafrique et du SAC, cette police parallèle chargée des basses oeuvres du gaullisme, rallié à Jacques Chirac en pleine guerre des droites.

Car Boulin, pressenti comme Premier ministre de VGE - au grand dam de Chirac, qui voyait dans cette nomination un obstacle à sa stratégie présidentielle - aurait eu en sa possession des dossiers explosifs sur le financement occulte du RPR par les réseaux africains de Foccart. Et menaçait de tout balancer si les chiraquiens continuaient à le décrédibiliser avec l’affaire des "terrains de Ramatuelle". Le téléfilm montre ainsi une séquence entre Chirac et Foccart : "Je ne pourrai pas longtemps maîtriser Boulin", lâche le Sphinx devant un Chirac silencieux, donc consentant…

Cette scène a-t-elle existé? "C’est une hypothèse extrêmement vraisemblable, assure Pierre Aknine. Au moment de la création du RPR, Chirac rendait souvent visite à Foccart. Il a donné son “feu orange”, selon l’expression de De Gaulle." Comprendre : "Faites ce que vous voulez, mais si vous vous faites prendre, je n’y suis pour rien." Encore plus ambiguë, cette autre séquence où l’on voit Boulin se rendre chez Foccart, le jour de sa mort, laissant penser que le ministre a été assassiné dans le manoir du Sphinx. Un petit arrangement avec la réalité. "Il n’a pas été tué dans la maison de Foccart", convient Pierre Aknine, qui revendique au nom de la fiction "le droit à la licence artistique, sans trahir la vérité".

Vie et Mort de Robert Boulin, lundi, 23.15, France 3. Crime d’État, mardi , 20.45, France 3.
* La diffusion du téléfilm sera suivie d’une spéciale Ce soir (ou jamais !) sur l’affaire. Un débat qui s’annonce d’ores et déjà très animé…

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article