Roger Doche rend les armes

Publié le par Charente Libre

JournalCharente Libre publié le 07/12/2011 à 04h00

Doche RogerLe 17 octobre 2010, Roger Doche était à la chasse, son passe-temps favori, avec son ami Jean-Pierre Brunet. En forme. Deux jours plus tard, il était victime d'un accident cérébral. Depuis, il n'était que l'ombre de lui-même. Il s'est éteint avant-hier soir au Jardin de la Garenne. Il avait 87 ans. C'est une figure de la ville qui vient de disparaître, un modèle de l'engagement citoyen et républicain.

En mai 2005 à Gond-Pontouvre, à 81 ans, il était monté à la tribune lors d'un meeting en faveur du «oui» à la constitution européenne. Autant par la forme que par le fond, son propos avait marqué l'auditoire. Son engagement venait de loin, de l'Europe déchirée par la Seconde Guerre mondiale, engagé en résistance à pas même 18 ans.

Le nom de Roger Doche est associé au PC dont il fut l'un des leaders en Charente, de l'Après-guerre jusqu'à l'invasion de la Tchécoslovaquie par l'armée soviétique en 1968. Il rejoint ensuite le PS. Il fut maire adjoint au sein de l'équipe Boucheron.

Sa carrière professionnelle fut tout aussi pleine et engagée. Il fonda l'imprimerie de La Madeleine, il travailla à «la Fonderie», devenue DCNS, fut parmi les fondateurs du Crédit Mutuel du Sud-Ouest dont il devint directeur général puis président. Il était aussi impliqué au niveau national dans la Mutualité. Dans le droit fil des acquis du Conseil national de la Résistance (CNR) qui, tout au long de sa vie, furent sa boussole.

La retraite venue, c'est à ses pairs anciens combattants et au Musée de la Résistance d'Angoulême qu'il donna son temps et son énergie toujours intacte.

Ses obsèques, civiles, seront célébrées vendredi à 13h30 au crématorium des Trois-Chênes, où ses nombreux amis entoureront son épouse et sa fille.


Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article