Roger Hanin contre les Mitterrand !

Publié le par VSD par François Julien

Roger Hanin contre les Mitterrand !

Douze ans après les faits, le comédien réclame aux fils de l’ancien président les 300 000 euros qu’il aurait prêtés pour la libération de Jean-Christophe Mitterrand, alors détenu à la Santé dans l’affaire de l’Angolagate. Une procédure qui fait tache pour celui qui a longtemps été fier de faire partie du clan.

Roger Hanin contre les Mitterrand !

Roger Hanin contre les Mitterrand !

Pas content, le Roger ! Furibard, Navarro ! Voudrait qu’on lui rende son blé. Pensez : 300 000 euros. Et encore, il ne demande pas d’intérêts, non, parce que, en douze ans, pardon, ça aurait chiffré. Juste 300 000 euros, soit la somme exacte qu’il aurait prêtée à Danielle Mitterrand pour payer la caution de Jean-Christophe, son fils à elle et à François, son neveu à lui donc, dans l’affaire de l’Angolagate. Mais est-on seulement sûr que c’est bien lui, Roger Hanin, qui menace de mener l’affaire devant les tribunaux ? Car, depuis ses pépins de santé (un AVC en 2009 et une double fracture du col du fémur l’année suivante), le comédien de 87 ans ne sort plus de sa demeure du Trocadéro. Il a été placé sous curatelle.

Ils se sont épousés en 1959, lui, l’Oranais, petit-fils d’un rabbin et fils d’un communiste, et elle, fille de résistant, fort active dans la clandestinité. Roger Hanin et Christine Gouze-Rénal. Partant, le comédien devient le beau-frère de Danielle Mitterrand, née Gouze et, par alliance, celui du futur président de la République, et le « beauf » de tous les Français. Une belle histoire d’amour et de fidélité cinématographique, Christine Gouze-Rénal ayant produit nombre des films et téléfilms dans lesquels joua Hanin, du Gorille a mordu l’archevêque jusqu’au Au bon beurre en passant par les propres – et parfois discutables – réalisations du comédien grande gueule, Train d’enfer notamment, sur le drame du Bordeaux-Vintimille. Mais pas la série des Navarro, qui valut deux 7 d’or au comédien et qui lui rapportait, selon nos confrères de Télé Loisirs, 450 000 euros par épisode. Il y en eut cent neuf, pas forcément tous à ce tarif, mais quand même. Navarro démarre un an et demi après le début du second mandat de Mitterrand, en octobre 1989.

Comme conseiller aux Affaires africaines, celui-ci choisit son fils, Jean-Christophe. En 1993, « Papamadi », ainsi que le surnomment plus ou moins gentiment les Africains (papa m’a dit), est mis en examen pour son rôle supposé dans une vente d’armes russes au gouvernement angolais. Une transaction de quelque 790 millions de dollars ! De la gauche à la droite et du monde des affaires au showbusiness, la liste des quarante-deux prévenus dans l’Angolagate est édifiante : Jean-Charles Marchiani, Charles Pasqua, Pierre Falcone, Jacques Attali, Paul-Loup Sulitzer et quelques autres. Tous ne finiront pas en prison, mais Jean- Christophe Mitterrand, si.

Le 22 décembre 2000, Papamadi rejoint le carré VIP de la prison de la Santé : la cellule 121, au premier étage du bâtiment A, sous le numéro d’écrou 274 502 X. Ses voisins se nomment Jacques Crozemarie et Maurice Papon dont le nom, décidément, est indissociable de Mitterrand. Il ne faudra qu’une poignée de jours à Danielle Mitterrand pour réunir la somme nécessaire à sa libération sous caution : 770 000 euros collectés auprès « de la famille et d’amis ». Au premier rang desquels le beauf, pour près de la moitié, les deux tiers de ce que lui rapporte un épisode de Navarro.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article