Rumsfeld Donald

Publié le par Roger Cousin

Donald Henry Rumsfeld, né à Evanston en banlieue nord de Chicago dans l'Illinois le 9 juillet 1932, a été le 21e secrétaire à la Défense des États-Unis, de 2001 à décembre 2006, et le plus âgé à occuper ce poste. Il avait déjà occupé cette fonction par le passé entre 1975 et 1977, dans le gouvernement du président Gerald R. Ford, où il était alors le plus jeune ayant eu cette fonction. 

Rumsfeld DonaldRumsfeld Donald

Membre fondateur du think tank néoconservateur Project for the New American Century, ancien champion de lutte et pilote de l'US Navy est aussi un franc parleur et un important stratège militaire. Donald Rumsfeld est père de trois enfants et grand-père de cinq petits-enfants. La famille paternelle de Donald Rumsfeld est originaire de Brême en Allemagne et c'est son arrière-grand-père Johann Heinrich Rumsfeld qui décide d'émigrer en Amérique du Nord en 1876. Né à Evanston juste au nord de Chicago dans l'Illinois, dans un milieu modeste, il grandit en banlieue nord de Chicago, à Evanston. Adolescent, il dirige l'équipe de lutte de son lycée. Boursier, il fait des études de sciences politiques à l'Université de Princeton puis s'engage dans l'United States Navy où il devient pilote, avant de devenir instructeur de l'aéronavale. Attiré par la politique, il est élu pour la première fois représentant de l'Illinois à la Chambre des représentants des États-Unis en 1962 alors qu'il n'a que 30 ans. Surnommé à l'époque « le JFK républicain », il est constamment réélu jusqu'à son entrée dans l'administration de Richard Nixon en 1969 à la présidence d'un organisme chargé de la lutte contre la pauvreté.

En 1972, Nixon en fait son ambassadeur à l'OTAN à Bruxelles pendant deux années. En 1974, le président Gerald Ford le nomme secrétaire général de la Maison Blanche. Son adjoint est alors Dick Cheney. En 1975, Rumsfeld est nommé secrétaire à la Défense alors que George H. W. Bush, son rival, est nommé directeur de la CIA. En 1977, Rumsfeld rejoint le secteur privé comme dirigeant du groupe pharmaceutique Searle, basée à Skokie (Illinois). C'est alors qu'il était secrétaire général de la Maison Blanche que Searle reçut l'agrément de la Food and Drug Administration pour l'exploitation commerciale de l'aspartame, un édulcorant fortement controversé. La commercialisation de ce produit sous le nom de NutraSweet permit à la société Searle d'engranger, sous la direction de Rumsfeld, de substantiels bénéfices. La vente de Searle à la compagnie Monsanto lui aurait rapporté la somme de 12 millions de dollars.

En 1981, en dépit du retour des républicains au pouvoir, l'hostilité du vice-président Bush l'empêche de retrouver des fonctions gouvernementales. En 1983, il est l'envoyé spécial du président Ronald Reagan au Moyen-Orient. Il se rend à Bagdad et sa rencontre avec Saddam Hussein débouche en 1984 sur le rétablissement des relations diplomatiques, rompues par l'Irak lors de la guerre israélo-arabe de 1967. En mai 1984, Donald Rumsfeld renonce à sa mission au Moyen-Orient pour se consacrer à ses activités de chef d'entreprise. En 1988, il renonce à participer aux primaires républicaines pour la succession de Ronald Reagan et laisse le champ libre à George H. W. Bush. Sa traversée du désert commence alors et continue sous Bill Clinton, qui lui confie pourtant, en 1998, la présidence d'une commission chargée d'étudier les projets de défense antimissile. Il dirige également une commission du Congrès sur les « États voyous » qui conclut que la CIA était incapable d'obtenir des informations sur ces nouvelles menaces.

En 2001, c'est sous les conseils de Dick Cheney, nouveau vice-président et ami que Rumsfeld est nommé à la tête du Pentagone. Il arrive avec un projet de modernisation des forces armées en misant sur les technologies de pointe mais en peu de temps il déclenche l'hostilité d'une bonne partie des états-majors et de leurs alliés au Congrès. Les attentats du 11 septembre 2001 font du secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld l'homme de la guerre en Afghanistan, chargé d'organiser l'offensive générale contre le terrorisme. Son nouveau rôle, sa forte popularité et l'augmentation impressionnante des crédits militaires lui permettent de procéder à la modernisation de l'outil de défense. Qualifié d'arrogant, il est avec son adjoint Paul Wolfowitz, un des stratèges de la guerre d'Irak en 2003. Donald Rumsfeld et le maire de New York, Rudolph Giuliani sur le site du World Trade Center à Manhattan, le 14 novembre 2001.

C'est également dans le cadre de l'après-11 septembre mais également de la guerre interne menée par le vice-président, Dick Cheney, contre la CIA, l'Agence centrale de renseignement, que Rumsfeld procède à la création du Bureau des projets spéciaux (Office of Special Plans), placé sous l'autorité directe de Paul Wolfowitz, son secrétaire adjoint et géré par le sous-secrétaire à la Défense, Douglas Feith. Le travail de cette officine fut d'analyser le matériel fourni par la CIA et les renseignements militaires et d'apporter ses propres conclusions à la Maison-Blanche. C'est à ce bureau qu’a été par la suite reproché d'avoir gonflé la menace des armes de destruction massive irakiennes et d'avoir sciemment fourni de fausses informations. Il a été fermé depuis. Le 8 novembre 2006, le président des États-Unis George W. Bush a annoncé la démission de Donald Rumsfeld au lendemain de la victoire des démocrates lors des élections de mi-mandat. Le président a proposé au Sénat l'ancien directeur de la CIA, Robert Gates, pour lui succéder. Après une tournée d'adieu auprès des soldats américains en Irak, la passation de pouvoir avec son successeur a lieu le 18 décembre 2006.

De janvier 1997 jusqu'à ce qu'il devienne le 21e secrétaire à la Défense en janvier 2001, Donald Rumsfeld était président du conseil d'administration de Gilead Sciences qui a développé le Tamiflu, utilisé dans le traitement de la grippe aviaire. D'après le numéro du 31 octobre 2005 du magazine Fortune, M. Rumsfeld aurait possédé à cette époque entre 5 et 25 millions de dollars d'actions dans la société. À la suite à cette révélation, le journal Libération rapporte qu'il a indiqué avoir déjà pensé vendre ses actions en début d'année, lorsque la question d'une pandémie possible commençait à se poser. Puis, après avoir consulté le Comité d'éthique du Sénat, les services juridiques de la Maison Blanche et le département de la Justice, il avait décidé de ne pas vendre et, mardi, de s'abstenir de toute participation aux décisions concernant la grippe aviaire. La moindre des prudences quand on sait que le Pentagone a déjà commandé pour 58 millions de dollars de Tamiflu pour les soldats US dans le monde.

Les lourdes difficultés de l'occupation militaire qui s'ensuivirent sont beaucoup reprochées à Donald Rumsfeld, notamment le fait de ne pas avoir engagé suffisamment de moyens en termes de soldats et de matériel militaire. Et ceci en dépit des estimations des besoins effectuées par les militaires comme le général Eric Shinseki, chef d'état-major de l'armée de terre. Le scandale de la torture à la prison d'Abou Ghraib le met sur la sellette. Plusieurs élus républicains ou démocrates exigent sa démission, mais le président Bush lui maintient sa confiance et il conserve son poste après la réélection de George W. Bush en novembre 2004. Dans ce cadre, cinq plaintes pour mauvais traitements et tortures ont été déposées contre lui. Deux l'ont été en Allemagne et n'ont pas abouti, ni celles déposées en Argentine et en Suède. Une autre, déposée aux États-Unis par un groupe de prisonniers ou d'anciens prisonniers des centres de détention d'Abou Ghraib et de Guantanamo n'a pas abouti au motif que les plaignants n'étaient pas de nationalité américaine.

Le 25 octobre 2007, la dernière plainte a été déposée contre lui auprès du Parquet de Paris par quatre associations de défense des droits de l'homme (la Fédération internationale des droits de l'homme, la Ligue française pour les droits de l'homme et du citoyen, le Center for constitutional rights, le European center for constitutional and human rights) alors qu'il était à Paris, invité d'honneur de la revue Foreign Policy, au Cercle de l'union interalliée. Les plaintes invoquent la compétence universelle de la justice française (prévue par l'article 5.2 de la Convention contre la torture, que la France a ratifiée et l'article 689-1 du Code de procédure pénale) pour le crime de torture, dès lors que l'auteur présumé des faits se trouve sur le territoire de la République. L’article 221-1 du Code pénal prévoit que de tels actes sont punissables de 15 années de réclusion criminelle4. Le Parquet de Paris a alors confirmé que la plainte était en cours d'examen et devait vérifier si elle était recevable.

Plus largement, il apparaît que Donald Rumsfeld a en fait modifié plusieurs règlements afin de légaliser la torture par des agents américains, quand elle est pratiquée sur des suspects de terrorisme. En décembre 2004, Donald Rumsfeld a été lourdement critiqué du fait qu'il n'avait pas signé personnellement plus de 1 000 lettres de condoléances aux familles des soldats morts en Irak et en Afghanistan. Il avait alors promis de signer personnellement toutes les lettres dans le futur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article