Sur la piste des maquisards du département

Publié le par La Dépêche par Dino Milani

Sur la piste des maquisards du département

Histoire - 70 ans. Une vie a passé. Et pourtant, François Frimaudeau, enseignant et historien, l’assure, la mémoire n’a jamais été aussi présente. 

Sandrine Bru et François Frimaudeau montrent les documents édités traitant de la résistance lot-etgaronnaise durant le 2e confit mondial

Sandrine Bru et François Frimaudeau montrent les documents édités traitant de la résistance lot-etgaronnaise durant le 2e confit mondial

D’abord parce qu’avec les membres de son association créée en 1998, il n’a de cesse de fouiller cette tranche d’histoire, la Deuxième guerre mondiale, mais aussi parce que justement, aujourd’hui, ce sont les enfants ou petits-enfants qui, au gré des héritages, trouvent dans les valises ou les armoires des documents, inconnus jusqu’alors. «Souvent dans les familles, la résistance est restée un sujet tabou. Sans doute parce que, à l’époque, bien évident c’était un secret et que l’on gardait ça pour soi. Les gens nous disent, et j’ai encore eu un témoignage pas plus tard qu’hier, que jamais chez eux ils n’avaient entendu parler de Résistance ou de résistant» confie François Frimaudeau.

Le collectif, Jean-Pierre Koscielniak, Bernard Lareynie, Pierre Robin et bien sûr François Frimaudeau, tous enseignants et historiens, spécialistes de cette époque, ont déjà collaboré à la réalisation de documents mémoriels : un dépliant sur les lieux de mémoire de la Résistance à Agen en collaboration avec la mairie d’Agen, un autre sur les lieux de mémoire de la résistance en collaboration avec l’ONAC (office national des anciens combattants) un cédérom, créé en collaboration avec l’association des études sur la résistance intérieure (AERI) sur la Résistance en Lot-et-Garonne.

1943 : les Français de l'intérieur se rebiffent

La plaquette Maquis et maquisards en Lot-et-Garonne 1943, sera le quatrième ouvrage de référence. Tiré à 2000 exemplaires et financé par l’ONACVG (office national des anciens combattants et victimes de guerre), ce document a une vocation pédagogique. Des exemplaires seront déposés dans les collèges et les lycées et à disposition des professeurs.

«Nous avons accompagné cette initiative chapeautée par le ministère de la Défense. Nous avons aussi le projet de transposer les documents papier sur support numérique, plus approprié aux jeunes générations. Des plaquettes seront déposées au pôle mémoire (archives municipales), aux archives départementales et à l’office du tourisme» précise Sandrine Bru, directrice de L’ONACVG. Cette année et l’année prochaine des cérémonies commémoratives vont se dérouler. Celles concernant Jean Moulin ont déjà débuté en Lot-et-Garonne, Jean Moulin, l’homme qui fédéra la résistance. S’il y a un personnage qui symbolise la résistance en Lot-et-Garonne c’est sans doute Gérard Duvergé, cet instituteur libertaire, enseignant à l’école Jasmin qui prit part au MUR (mouvements unis de la résistance). Arrêté par la Gestapo en janvier 1944, il mourut des suites de tortures (une plaque a été scellée sur le mur du collège). C’est en mémoire de Gérard Duvergé, d’Albert Boutin, de Raymond Pagis, des Cambon, Morichon, Le Goff, Nardini et autres Lacassagne… que cet ouvrage a été réalisé, pour que l’esprit de résistance reste imprégné dans la mémoire collective et celle des générations à venir.

A l’occasion du 70e anniversaire de la création du premier maquis en Lot-et-Garonne et à l’initiative de l’ONACVG, une plaquette à vocation pédagogique vient d’être éditée.

Souvenez-vous

L’association Mémoire de la Résistance en Lot-et-Garonne est en recherche permanente de documents, de témoignages ou autres concernant la 2e Guerre mondiale, l’Occupation, la Résistance etc. Si vous possédez des éléments, quels qu’ils soient, vous pouvez contacter Pierre Robin, rue Schumann 47600 Nérac.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article