Une liaison pousse le patron de la CIA à la démission

Publié le par Le Figaro - Laure Mandeville

Le Figaropublié le 09/11/2012 à 21:52 par Laure Mandeville

En poste depuis juillet 2011, David Petraeus avait auparavant dirigé les troupes de l'Otan en Afghanistan. L'intérim sera assuré par son directeur adjoint.

Le général PetraeusDavid Petraeus était un symbole de rectitude militaire. L'incarnation de ce que l'institution produit de meilleur. Général à la réputation légendaire depuis qu'il avait réussi le tour de force de sortir l'armée américaine de l'ornière où elle était enfoncée en Irak, en orchestrant une «contre-insurrection» couronnée de succès, ce grand homme élégant de 60 ans avait repris du service sous Obama en 2009, organisant un plan similaire pour l'Afghanistan. Il avait ensuite accepté au pied levé de reprendre le commandement de l'opération sur place, après le limogeage de son subordonné Stanley McChrystal, suite à des propos publics imprudents. Le président lui avait ensuite confié la direction de la CIA, où il jouait un rôle clé, multipliant discrètement les missions délicates au Pakistan ou au Moyen-Orient.

Washington s'est donc retrouvé en état de choc, vendredi, quand l'annonce brutale de la démission de Petraeus pour une relation extraconjugale a été rendue publique. «C'est une immense perte pour le pays», a lancé Diana Feinstein, l'une des figures de proue du comité du renseignement du Sénat, visiblement très affectée par la nouvelle.

«J'ai fait preuve de peu de jugement»

Le général a présenté sa démission au président jeudi soir, puis annoncé son départ dans une lettre au personnel de la CIA. «Après trente-sept ans de mariage, j'ai fait preuve de peu de jugement en m'engageant dans une relation extraconjugale», a-t-il écrit, précisant avoir demandé à être libéré de ses fonctions. Sa femme, Holly Petraeus, est très impliquée dans l'aide aux vétérans. «Une telle attitude est inacceptable, aussi bien en tant que mari que leader d'une organisation comme la nôtre», ajoute Petraeus dans sa missive. Vendredi, les commentateurs soulignaient que le patron de la CIA ne pouvait se permettre la moindre faiblesse personnelle, alors qu'il demande la même discipline à ses personnels, particulièrement vulnérables au chantage. La femme avec laquelle il a eu cette liaison serait sa biographe Paula Broadwell, selon des confidences recueillies par la presse américaine.

Ce départ est un coup très dur pour Obama, qui, après s'en être méfié, avait appris à faire confiance à ce général compétent et politique, auquel certains prédisaient un avenir présidentiel. Son nom était avancé ces derniers jours pour prendre la tête du ministère de la Défense. En pleine discussion sur l'affaire Benghazi, Petraeus était ces derniers temps en première ligne, l'agence étant accusée d'avoir sous-estimé la menace d'attaques terroristes. Après l'annonce de son départ, les analystes se demandaient si le général serait présent lors de l'audition du Sénat prévue sur cette question ultrasensible dans les prochains jours.


Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article