Perben Dominique

Publié le par Roger Cousin

Dominique Perben, né le 11 août 1945 dans le 6e arrondissement de Lyon, est un homme politique français, membre de l'Union pour un mouvement populaire (UMP).

 

Perben Dominique

Ancien élève du Lycée Saint-Marc à Lyon, Dominique Perben est licencié en sciences économiques de l'Université de Lyon (Faculté des Sciences Économiques et de Gestion), diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (1966) et ancien élève de l'ÉNA (1972). Directeur de cabinet du préfet du Maine-et-Loire à sa sortie de l'ENA, il est nommé secrétaire général de la préfecture du Territoire-de-Belfort en 1975. Entré à la DATAR en 1976 comme chargé de mission aux villes moyennes, il devient l'année suivante chef de cabinet de Norbert Ségard, secrétaire d'État aux PTT en 1977. Administrateur civil à la direction de la Sécurité civile en 1981, il est directeur général des services administratifs de la région Rhône-Alpes entre 1982 et 1986. De 1989 à 1993, il est secrétaire général puis président de l'Association nationale des élus locaux, rebaptisée Association nationale pour la démocratie locale.

Il débarque à Chalon-sur-Saône en 1982 et ravit cette mairie détenu par la gauche depuis 60 ans, d'une centaine de voix en 1983 et sera réélu maire au premier tour en 1989, 1995 et 20012. Il est élu député en Saône-et-Loire en 19862 et réélu en 1993, 1995, 1997 et 2002. Il est plusieurs fois ministre de 1993 à 2007 :

  • mars 1993 - mai 1995 : ministre des départements et territoires d'Outre-mer (Gouvernement Édouard Balladur)
  • novembre 1995 - juin 1997 : ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l'État et de la Décentralisation (Gouvernement Alain Juppé (2))
  • mai 2002 - juin 2005 : Garde des Sceaux, ministre de la Justice (gouvernement de Jean-Pierre Raffarin 1, 2 et 3)
  • 2 juin 2005 - 15 mai 2007 : ministre des Transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer (gouvernement Dominique de Villepin)

En tant que ministre de la Justice, il donne son nom à la loi Perben I (de programmation), et à la loi Perben II du 9 mars 2004. Controversée, celle-ci fait l'objet d'une saisine du Conseil constitutionnel par l'opposition. Entre autres mesures, la loi instaure la procédure du « plaider coupable », la notion de « stage de citoyenneté », et permet des prolongations de la garde à vue jusqu'à 96 heures dans le cadre de la lutte contre le crime organisé. La loi de programmation permet le lancement de la construction de 13 000 nouvelles places de prison en remplacement d'établissements vétustes prisons de Lyon, de Toulouse, de Nancy…). À cette occasion, Dominique Perben innove en décidant de séparer les mineurs détenus des majeurs. Il crée pour la première fois en France des prisons réservées aux mineurs incarcérés, dont la gestion est confiée non seulement à l'administration pénitentiaire, mais aussi à la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), et qui comportent un programme et un encadrement éducatif, sanitaire et social renforcé. Il crée aussi pour la première fois 2 000 places dans des établissements réservés aux détenus condamnés à de courtes peines (moins d'un an) afin de limiter la promiscuité entre des catégories de détenus aux profils très différents.

Le 13 décembre 2004 il signe un décret qui introduit (à la fin de l'article 24) une disposition sur la prescription qui aurait dû relever de la loi. Cette anomalie, corrigée dans une loi Mercier du 27 mars 2012, crée le buzz après une décision de la Cour de cassation du 26 juin 2013 qui obligera à libérer un certain nombre de détenus. Perben s'oppose aussi au principe des peines-plancher, voulu par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, qui ne sera d'ailleurs pas retenu dans la loi du 12 décembre 2005 sur la récidive des infractions pénales. Toutefois, ces peines seront introduites après l'élection présidentielle de 2007, dans le cadre de la loi Dati.

Dominique Perben est candidat à la mairie de Lyon pour les élections municipales de 2008. Déclarée dès 2003, sa candidature a été suivie en mars 2005 par la création de l'association Lyon Nouvel Horizon, comité de soutien pour son élection. La liste "Grandissons à Lyon" qu'il mène ne conserve que deux arrondissements en 2008. Dans le 3e arrondissement, traditionnellement à droite, où Dominique Perben se présente contre le socialiste Thierry Philip, la liste UMP est battue dès le premier tour avec seulement 30,02 % des voix, contre 52,82 % pour la liste socialiste. À la demande de Nicolas Sarkozy, il a présidé une « mission parlementaire sur le développement des métropoles urbaines d'avenir » qu'il a rendu au Président de la République le 5 février 2008. Il y préconise notamment le lancement d’un plan national de développement des transports collectifs (PNDTC), et d’une concertation sur le péage urbain sur la base du modèle expérimenté à Milan.

Il est nommé membre du Comité pour la réforme des collectivités locales en octobre 2008. Il anime en même temps avec le sénateur Courtois un groupe de travail des députés et sénateurs UMP qui présente en février 2009 un premier rapport sur les orientations de la réforme des collectivités territoriales (création du conseiller territorial, création de 7 métropoles, achèvement de l'intercommunalité, clarification de la répartition des compétences). À la demande de Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP, il élabore les propositions du mouvement populaire sur la réforme des collectivités locales et les propose en juillet 2009 au Bureau politique de l'UMP. Le 9 janvier 2012, il annonce son retrait de la vie politique pour travailler comme avocat. Début 2014, il devient membre de la haute autorité présidée par la juriste Anne Levade chargée d'organiser les primaires de l'UMP en 2016.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article