Bernhard de Lippe-Biesterfeld

Publié le par Mémoires de Guerre

Bernhard de Lippe-Biesterfeld (parfois francisé en Bernard), né le 29 juin 1911 à Iéna (Allemagne) et mort le 1er décembre 2004 à Utrecht (Pays-Bas), est un prince allemand devenu prince des Pays-Bas lors de son mariage avec la future reine Juliana. Il est ainsi prince consort des Pays-Bas de 1948 à 1980 sous le nom de prince Bernhard des Pays-Bas. Il est le père de la reine Beatrix et le grand-père de l'actuel roi Willem-Alexander.

Bernhard de Lippe-Biesterfeld
Bernhard de Lippe-Biesterfeld
Bernhard de Lippe-Biesterfeld

Né comte de Lippe-Biesterfeld à la suite du mariage morganatique de son père avec la comtesse (divorcée) Armgard von Sierstorpff-Cramm, il est créé altesse sérénissime et prince de Lippe en 1916. Il éudie le droit à l'université de Lausanne et à l'université Humbolt de Berlin. En 1933, il adhère au NSDAP (parti nazi) qu'il quitte le 9 septembre 1936. Le 7 janvier 1937, il épouse la princesse héritière des Pays-Bas Juliana, fille unique de la reine Wilhelmine. De cette union naissent quatre filles, la future reine Béatrix, née en 1938, Irène née en 1939, Margriet née en 1943, et Marijke, appelée Christina, née en 1947. Le prince Bernhard a eu également, entre autres, deux filles illégitimes : Alicia de Bielefeld, née en 1952 d'une mère pilote allemande, et Alexia, née en 1967 de sa maîtresse parisienne Hélène Grinda.

Lors de l'invasion allemande des Pays-Bas, il se réfugie avec la famille royale en Angleterre. Tandis que sa femme gagne le Canada, il intègre la Royal Air Force comme pilote de chasse et participe à plusieurs missions de combat. Assurant le lien entre la reine et les autorités alliées, il devient, en 1944, commandant en chef des forces armées néerlandaises qui participent à la bataille de Normandie puis à la libération des Pays-Bas. Il reçoit à Amsterdam le 5 mai 1945 la reddition des troupes d'occupation allemandes à Hotel de Wereld à Wageningue. Bernhard a eu de mauvaises relations avec le chef britannique Montgomery qui ne voyait en lui qu’un amateur et un aventurier. Quand son épouse devient reine des Pays-Bas en 1948, il devient prince consort et le demeure jusqu'à l'abdication de celle-ci en 1980. Il est considéré comme cofondateur du très controversé groupe Bilderberg, dont la première édition a lieu, en 1954, à Oosterbeek, aux Pays-Bas. Il est en outre le créateur du prix Érasme. 

De 1954 à 1964, il est président de la Fédération équestre internationale. Il est le président fondateur du Fonds mondial pour la nature (WWF) de 1962 à 1976. Il meurt, le 1er décembre 2004, au centre hospitalo-universitaire d'Utrecht, des suites d'un cancer et "inhumé vêtu d'un uniforme de l'armée de l'air néerlandaise", le 11 décembre à Delft. En février 1976, le prince Bernhard est accusé de corruption passive. Le scandale éclate, lors de séances publiques d'une commission d'enquête du Sénat américain qui laisse "entendre que le prince aurait reçu 1,2 million de dollars pour "faciliter" la signature d'un contrat portant sur des avions de chasse". Le gouvernement du Premier ministre Joop den Uyl est ébranlé et la monarchie ne peut se maintenir que par l'abandon de la charge d'inspecteur-général des armées qu'occupait le prince. Dans une interview posthume, le prince Bernhard a confirmé son implication dans l'affaire Lockheed et a, par ailleurs, révélé l'existence de ses deux filles illégitimes. 

Pourtant il réussit à éviter les poursuites judiciaires et a pu porter ses décorations militaires jusqu’à la fin de sa vie. Cette affaire a pu précipiter l'abdication de Juliana, le 30 avril 1980, jour de son 71e anniversaire, en faveur de sa fille aînée Béatrix. L'ancienne reine se retire alors avec le prince Bernhard au palais de Soestdijk. La nouvelle de l'appartenance du prince au parti nazi (NSDAP) est révélée par la presse en décembre 1995, ce que le prince Bernhard a réussi à cacher depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il a adhéré au parti d’Hitler à 22 ans et l'a quitté le 9 septembre 1936, après ses fiançailles avec Juliana. Deux historiens néerlandais à l'origine de la nouvelle ont découvert aux États-Unis un document authentifiant l’appartenance du prince Bernhard au NSDAP.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article