Tourneur Maurice

Publié le par Mémoires de Guerre

Maurice Félix Thomas dit Maurice Tourneur, né le 2 février 1876 dans le 17e arrondissement de Paris, ville où il est mort en son domicile le 4 août 1961 dans le 16e arrondissement, est un réalisateur français. Il est le père du réalisateur franco-américain Jacques Tourneur

Tourneur Maurice

Carrière

Graphiste, illustrateur d'ouvrages de luxe, assistant du sculpteur Rodin et du peintre Puvis de Chavannes... Maurice Tourneur, de son vrai nom Maurice Thomas, aura exercé toutes ces fonctions avant de se tourner vers le théâtre, sa première véritable passion. Il se produit alors sur scène, consécutivement avec la comédienne Réjane dès 1901 et au sein de la compagnie d'André Antoine de 1903 à 1909. Le cinéma ne tarde pas à l'attirer, raison pour laquelle il se lance sous l'égide de la firme Éclair dans la réalisation dès 1912 (Figures de cire, Les Gaîtés de l'escadron, Fille de pirates...). Envoyé aux Etats-Unis par la même compagnie cinématographique, Maurice Tourneur s'y montre très prolifique (Une pauvre petite fille riche, L'Oiseau bleu, Victory...), devenant bientôt l'égal d'un Cecil B. DeMille ou d'un D.W. Griffith.

Cet esthète, à qui l'on doit entre autres une adaptation de L'Ile au trésor de Robert Stevenson ou Le Dernier des Mohicans, se voit contraint en 1926 de mettre fin à son épopée américaine. Et ceci en raison d'un désaccord artistique profond avec Irving Thalberg, l'un des dirigeants de la MGM, pour qui il tourne L'Ile mystérieuse, film dont il finira par abandonner la réalisation. De retour en France pour diriger L'Equipage d'après l'oeuvre de Joseph Kessel, Maurice Tourneur doit faire face à une virulente campagne de dénigrement. On lui reproche en effet de ne pas avoir participé de manière active à la Première Guerre mondiale. Il se réfugie alors en Allemagne où il met en scène Marlene Dietrich dans Le Navire des hommes perdus.

L'avènement du parlant l'amène à exercer son esprit critique à travers des films noirs tels que Accusée, levez-vous ! (1930), un drame judiciaire interprété par Gaby Morlay et Charles Vanel, Au nom de la loi (1932), un polar sur fond de trafic de drogue, ou encore Justin de Marseille (1934), peinture du milieu marseillais. Dans d'autres registres, Maurice Tourneur signe le mélodrame Les Deux orphelines (1933), Le Patriote (1938) et Katia.), deux récits historiques ayant pour cadre la Russie tsariste, une nouvelle adaptation de la pièce Volpone (1941), ainsi que le long métrage fantastique La Main du diable (1943) avec Pierre Fresnay.  Interprété en 1948 par Simone Signoret et Paul Meurisse, Impasse des deux anges, sur les amours d'une ancienne actrice avec un cambrioleur, est sa dernière réalisation. En effet, l'année suivante, un grave accident de voiture le laisse paraplégique. Maurice Tourneur se consacre alors à la traduction et à l'écriture de romans policiers. Activité qu'il pratiquera jusqu'à son décès en 1961. 

Filmographie

Cinéma muet
France
  • 1912 : Max boxeur par amour de Max Linder, où il est acteur
  • 1913 : Le Mystère de la chambre jaune
  • 1913 : Jean la Poudre
  • 1913 : Les Gaîtés de l'escadron
  • 1913 : Le Système du docteur Goudron et du professeur Plume
  • 1913 : Le Dernier pardon ; Le Puits mitoyen
  • 1913 : Le Camée ; Sœurette
  • 1913 : Le Corso rouge
  • 1913 : Mademoiselle Cent-Millions
  • 1913 : Le Friquet
  • 1913 : La Bergère d'Ivry
  • 1914 : Monsieur Lecoq
  • 1914 : Figures de cire
  • 1914 : Le Parfum de la dame en noir
États-Unis
  • 1914 : La Treizième heure (The Man of the Hour)
  • 1914 : Maman (Mother)
  • 1914 : Fille de pirates (The Wishing Ring)
  • 1914 : Le Spéculateur (The Pit)
  • 1915 : Le Code secret (The Ivory Snuff Box)
  • 1915 : Insouciance (A Butterfly on the Wheel)
  • 1915 : Alias Jimmy Valentine
  • 1915 : Trilby (Trilby)
  • 1916 : The Closed Road
  • 1916 : La Folle Chimère (The Pawn of Fate)
  • 1916 : The Hand of Peril ; The Rail Rider
  • 1916 : L'Amérique, champion du droit (The Velvet Paw)
  • 1916 : A Girl's Folly
  • 1917 : La Casaque verte (The Whip)
  • 1917 : La Flamme éternelle (The Undying Flame)
  • 1917 : L'Exilée (Exile)
  • 1917 : The Law of the Land
  • 1917 : Fille d'Écosse (The Pride of the Clan)
  • 1917 : Pauvre petite fille riche (The Poor Little Rich Girl)
  • 1917 : La Délaissée (Barbary Sheep)
  • 1917 : Les Étapes du Bonheur (The Rise of Jenny Cushing)
  • 1918 : Les Yeux morts (The Rose of the World)
  • 1918 : Maison de poupée (A Doll's House)
  • 1918 : L'Oiseau bleu (The Blue Bird)
  • 1918 : Prunella
  • 1918 : Woman
  • 1919 : Publicité
  • 1919 : Sporting Life
  • 1919 : My Lady's Garter
  • 1919 : La Bruyère blanche (The White Heather)
  • 1919 : La Ligne de vie (The Life Line)
  • 1919 : Le Secret du bonheur (Victory)
  • 1919 : Le Papillon brisé (The Broken Butterfly)
  • 1920 : The County Fair
  • 1920 : Un lâche (The Great Redeemer)
  • 1920 : Dans la ville endormie (While Paris Sleep)
  • 1920 : L'Île au trésor (Treasure Island)
  • 1920 : Le Cercle blanc (The White Circle)
  • 1920 : Au fond de l'océan (Deep Waters)
  • 1921 : La Fange (The Bait)
  • 1921 : Le Dernier des Mohicans (The Last of the Mohicans) de Clarence Brown et Maurice Tourneur ** The Foolish Matrons
  • 1922 : Lorna Doone
  • 1923 : Calvaire d'apôtre (The Christian)
  • 1923 : L'Île des navires perdus (The Isle of Lost Ships)
  • 1923 : The Brass Bottle
  • 1923 : Les Deux gosses (Jealous Husbands)
  • 1924 : Torment
  • 1924 : La Phalène blanche (The White Moth)
  • 1925 : La Frontière humaine (Never the Twain Shall Meet)
  • 1925 : Sporting Life
  • 1925 : Le Corsaire aux jambes molles (Clothes Makes the Pirate)
  • 1926 : Aloma (Aloma of the South Seas)
  • 1926 : Le Cavalier des sables (Old Loves and News)
Allemagne
  • 1927 : Le Navire des hommes perdus (Das Schiff der verlorenen Menschen)
France
  • 1928 : L'Équipage, dernier film muet de Tourneur, tourné lors de son retour en France, commencé avant son départ en Allemagne pour le tournage de Le Navire des hommes perdus, mais achevé après celui-ci.

Cinéma parlant

France

Théâtre

  • 1903 : Maternité d'Eugène Brieux, mise en scène André Antoine, théâtre Antoine

Publié dans Réalisateur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article