Dautry Raoul

Publié le par Mémoires de Guerre

Raoul Dautry est un ingénieur, dirigeant d'entreprises publiques et homme politique français, né le 16 septembre 1880 à Montluçon (Allier) et mort le 21 août 1951 à Lourmarin (Vaucluse). 

Dautry Raoul

Carrière

Après ses études à l'École polytechnique (promotion X1900), il entame une carrière à la compagnie des chemins de fer du Nord. Il met au point en 1914 un système de circulation des trains permettant aux renforts de se rendre sur le front de l'Est (bataille de la Marne). Il crée la « voie des cent jours » au départ de Beauvais. Enseignant à côté de ses obligations professionnelles à l'E.S.T.P., il occupe d'importantes fonctions dans les chemins de fer : il est directeur général de l'administration des chemins de fer de l'État de 1928 à 1937. Lors de la création de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) en 1938, il devient membre de son conseil d'administration.

Dautry est ministre de l'Armement du 20 septembre 1939 au 16 juin 1940 (gouvernement Édouard Daladier et gouvernement Paul Reynaud). Il obtient l'accord de Daladier pour envoyer une mission en Norvège chercher le stock disponible d'eau lourde convoitée par les Allemands. Il a veillé à ce que, en pleine débâcle, le stock d'eau lourde française soit envoyé en Angleterre : le 18 juin 1940, Hans von Halban et Lew Kowarski quittèrent le port de Bordeaux à bord du Broompark, emportant avec eux le stock d’eau lourde vers La Grande Bretagne. Pendant l'Occupation, il se retire dans sa maison de Lourmarin (Vaucluse), et ne prend pas part à la vie politique.

À la Libération, il est nommé ministre de la Reconstruction et de l'Urbanisme dans le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) du général de Gaulle du 16 novembre 1944 au 20 janvier 1946. C'est à cette occasion qu'il demande à Auguste Perret de reconstruire la ville du Havre. Par la suite, il devient administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique (CEA). C'est lui qui choisit le site du centre CEA de Saclay dont Auguste Perret construit les bâtiments.

En 1946, il est élu à l'Académie des sciences morales et politiques. Malgré les absences régulières exigées par ses responsabilités nationales, il a été un maire très actif de Lourmarin (Vaucluse), de 1945 jusqu'à sa mort. Les Lourmarinois lui doivent notamment un réseau d'adduction d'eau potable très précoce pour l'époque, et des projections urbanistiques (contournement de l'agglomération, notamment), qui ne se concrétiseront parfois que plus tard. Il a été nommé grand officier de la Légion d'honneur. Son épouse est décédée en 1962. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article