Abetz Otto

Publié le par Mémoires de Guerre

Otto Abetz (né le 26 mai 1903 et décédé le 5 mai 1958) était l'ambassadeur de l'Allemagne à Paris (France) pendant la Seconde Guerre mondiale.

Otto Abetz (gauche) saluant le maréchal Pétain
Otto Abetz (gauche) saluant le maréchal Pétain
Otto Abetz (gauche) saluant le maréchal Pétain
Otto Abetz (gauche) saluant le maréchal Pétain
Otto Abetz (gauche) saluant le maréchal Pétain
Otto Abetz (gauche) saluant le maréchal Pétain

Otto Abetz (gauche) saluant le maréchal Pétain

Social-démocrate, pacifiste et francophile

Otto Abetz est né à Schwetzingen (grand-duché de Bade). Il étudie à Karlsruhe, où il devient professeur d'art et de biologie dans une école de filles.  Francophile, il s'implique dans le développement de l'entente franco-allemande. Abetz fait partie de l'environnement de la « jeunesse bündisch » (Bündische Jugend) et, en 1930, est le fondateur de la réunion de Sohlberg, qui permet la rencontre de jeunes des organisations de jeunesse allemande et française, réunion se déroulant dans une auberge au Sohlberg dans la Forêt-Noire. 

De ces rencontres se crée un groupe solide, le Cercle de Sohlberg, qui édite un magazine dont le président est Otto Abetz et dont les participants du côté français sont des hommes aussi divers que Jean Luchaire, Bertrand de Jouvenel ou Pierre Brossolette. Abetz était apprécié parmi ses invités français, qui estimaient qu'il s'engageait sérieusement dans la nécessaire réconciliation franco-allemande mise en place à la suite de la Première Guerre mondiale. Durant cette période, Abetz est proche des positions socialistes et pacifistes. 

Adhésion au Parti national-socialiste

En 1930, Abetz se rapproche du NSDAP, le parti nazi, dont il partage les positions en politique étrangère, notamment les demandes de révision de parties essentielles du traité de Versailles. Il le rejoint en 1931. En 1932, Abetz épouse Suzanne de Bruyker, une Française qui était secrétaire du journaliste Jean Luchaire. De 1934 à 1939, il œuvre à la constitution et au renforcement en France du Comité France-Allemagne, qui publie une revue, les Cahiers franco-allemands, qui avait pour but de propager l'idée de réconciliation franco-allemande dans le milieu des intellectuels, des anciens combattants, des journalistes et des politiques. Il est proche de Pierre Drieu la Rochelle. Entré dans le service des Affaires étrangères allemand en 1935, il représenta l'Allemagne en France en 1938 et en 1939, et fut initié à la franc-maçonnerie (il fut membre de la loge Goethe de la GLF). Le 30 juin 1939, il fut expulsé de France, accusé d'espionnage. 

Ambassadeur d'Allemagne en France

Le 8 juillet 1940, à la suite de l'armistice entre la France et l'Allemagne, il fut de nouveau envoyé en France. Nommé ambassadeur de l'Allemagne le 3 août 1940, il conserva ce poste jusqu'en juillet 1944. Dès l'été 1940, il donne son prénom à la liste Otto des ouvrages interdits par la censure allemande. Il organise l'expropriation des biens privés appartenant à des familles juives et fait main basse sur les prestigieuses collections Seligmann, Wildenstein, Alphonse Kahn, Rosenberg, Bernheim, Maurice et Robert de Rothschild, James Armand, Maurice Dreyfus, Raymond Lazard…

Hitler écrit à Abetz le 3 août 1940 pour lui demander de faire en sorte que la « France reste faible » et que « tout soit entrepris pour susciter la division interne », affirmant qu'il n'y a « aucun intérêt à soutenir réellement des forces völkisch ou nationales en France ». Suivant les directives de Berlin, Abetz va donc travailler à maintenir la division des partis collaborationnistes pour empêcher que l'un finisse par constituer un mouvement national et autoritaire de type fasciste susceptible de rendre à la France sa force ; il suscite des concurrents au PPF de Jacques Doriot dont il écrira en 1942 qu'il faut contrer ses initiatives car « il pourrait finir par s'imposer et susciter une mystique nationale capable de rénover la France dans le sens national-socialiste ».

Conformément à ses inclinations personnelles d'ancien social-démocrate, il préfère travailler avec d'anciens socialistes comme Marcel Déat et avec des collaborateurs surtout motivés par le pacifisme et l'idée d'unifier l'Europe, quitte à ce que ce soit sous domination allemande. Dans son rapport à Ribbentrop daté du 23 juin 1941, Abetz prône « un traité de paix qui empêcherait, par la mise en place d'un gouvernement de gauche et l'occupation permanente par l'Allemagne, toute opposition contre l'Europe dirigée par le Reich ». De fait, le conseiller Schleier, constatant que « la grande majorité des partisans de la politique de collaboration vient de la gauche française » pousse Abetz à favoriser l'entrée au gouvernement de Vichy des syndicalistes et socialistes acquis à la collaboration. 

L'ambassade allemande cherchera ainsi à favoriser la collaboration des syndicats, ce qui se traduira par la mise en place de rapports privilégiés avec Pierre Vigne, ancien secrétaire des Fédérations française et internationale des mineurs, Georges Dumoulin, secrétaire de la Fédération des mineurs du Nord, Marcel Roy, secrétaire de la Fédération des métaux, Roger Paul, secrétaire général de la Fédération des travailleurs du textile, Albert Perrot, président de l'Union des syndicats parisiens ; depuis décembre 1940, une coopération suivie existe avec les syndicalistes réunies autour de l'hebdomadaire L'Atelier que dirige l'ancien député socialiste Gabriel Lafaye ; en accord avec l'ambassade, il est décidé d'autoriser les syndicats à réactiver leurs sections et à publier leur bulletins d'information. Le 17 avril 1941 sera créé le Centre syndicaliste de propagande que dirigent Gabriel Lafaye, René Mesnard, Pierre Vigne et les anciens secrétaires adjoints de la CGT, Aimé Rey et Georges Dumoulin, qui assure la liaison avec le RNP

Parmi beaucoup d'autres groupements, l'ambassade travaille avec la Fédération française des travailleurs de l'agriculture d'André Parsal, ancien député communiste rallié à la collaboration. En mai 1941, il signe pour l'Allemagne les protocoles de Paris avec l'amiral Darlan visant à accorder des facilités militaires à l'armée allemande en Afrique et en Syrie. Abetz est rappelé en Allemagne fin 1942 et y restera jusqu'à la fin 1943 ; il rédigera pendant cette période un mémorandum dans lequel il constate et regrette que les efforts de certains français en faveur de la collaboration aient été toujours rejetés ou méprisés par Berlin. Revenu à Paris, il est démis de ses fonctions en juillet après le débarquement des Alliés (6 juin), et parvient à s'enfuir le mois suivant en accompagnant Pétain à Sigmaringen. 

Après-guerre

Réfugié en Pays de Bade sous le nom de Laumann, il est arrêté avec sa maîtresse, Erni Noah, par les forces françaises d'occupation, en octobre 1945. En juillet 1949, le tribunal militaire de Paris le condamne, malgré la plaidoirie de maître Floriot, à 20 ans de travaux forcés pour crimes de guerre, en particulier pour son rôle dans l'organisation de la déportation des juifs de France vers les camps de la mort. Il est libéré en avril 1954. Il trouva la mort avec son épouse en 1958 dans un accident de voiture sur une autoroute d'Allemagne près de Langenfeld, accident causé par une soudaine panne de la direction qui a pu paraître suspecte. 

D'aprés les souvenirs de l'actrice Corinne Luchaire

Les Abetz, pour la première fois, donnaient une fête à l'ambassade. Nous y étions naturellement invités, mon père, ma mère et moi, et pour la circonstance je m'étais fait faire une grande robe blanche, très jeune fille qui, je crois, m'allait fort bien. C'était une grande réception et Otto Abetz, qui ne connaissait point encore les heures néfastes de la disgràce, était au sommet de sa puissance. Suzanne Abetz, installée seulement depuis quelques jours à Paris, était là et recevait "à la française" les invités innombrables qui se pressaient dans les salons de la rue de Lille. Suzanne Abetz, que je retrouvais ainsi, n'avait guère changé. Elle continuait à s'habiller d'une manière assez voyante, comme elle le faisait d'ailleurs du temps où elle était la secrétaire de mon père, mais elle mettait une grande ostentation à se parer de lourds bijoux fraîchement achetés qui, dans son esprit, marquaient son ascension. 

Publié dans Diplomates

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article