Hervil René

Publié le par Mémoires de Guerre

René Louis Dezerville dit René Hervil, né le 27 mars 1881 à Levallois-Perret et décédé le 1er juillet 1960 à Sartrouville (France), est un acteur, réalisateur et scénariste français. René Hervil naît René Louis Dezerville le à Levallois-Perret en région parisienne, sous le mandat de Sadi Carnot quatrième président de le Troisième République. 

Hervil RenéHervil René

Issu d’un milieu aisé, il se passionne très tôt pour un nouveau genre artistique, le cinématographe, en découvrant les films de Georges Méliès et des frères Lumière. Dès 1909, René Hervil débute sa carrière en faisant l’acteur pour Jean Durand, Michel Carré et Camille de Morlhon. Très intéressé par les techniques du Nouvel Art, il passe à la réalisation en 1912 avec la série des «Maud» interprété par Miss Aimée Campton. Deux ans plus tard, il met en scène et s’alloue le rôle principal de la série des «Fred» avec France Dhélia comme partenaire. À la même époque, il s’associe avec Louis Mercanton. Le tandem va réaliser plusieurs bandes d’une ou deux bobines ayant pour héroïne Suzanne Grandais. En 1916, ils dirigent la grande Sarah Bernhardt dans «Jeanne Dorée» d’après la pièce de Tristan Bernard et «Mères françaises» un film patriotique sur le courage des femmes pendant la première guerre mondiale. René Hervil sait de quoi il parle car il participa au conflit, laissé pour mort, il reviendra grièvement blessé et terriblement marqué par les horreurs qu’il a vécu. Hervil et Mercanton sont aussi à l’origine de la seule rencontre cinématographique du couple Sacha Guitry et Yvonne Printemps pour «Un roman d’amour et d’aventure» en 1918.

En 1919, René Hervil reprend la réalisation en solo pour «Simplette», avec son amie Suzanne Grandais dans l’un de ses derniers rôles avant qu’elle ne meurt tragiquement dans un accident de voiture quelques mois plus tard. Durant toute la fin de l’époque du cinéma muet, il va réaliser une vingtaine de films dont certains seront de très beaux succès, parmi lesquels: «L’ami Fritz» (1920) avec Huguette Duflos et Léon Mathot et «Knock ou le triomphe de la médecine» (1925) première adaptation de la pièce de Jules Romains, avec Fernand Fabre dans le rôle-titre. En 1929, il retravaille avec Louis Mercanton pour son premier film parlant «Le mystère de la villa rose» d’après le roman policier de A. W. Mason, avec Louis Baron fils, Georges Péclet et Simone Vaudry.

Par la suite, René Hervil réalise six films pour le producteur Jacques Haïk, dont «La douceur d’aimer» (1930) avec Victor Boucher, «Azaïs» (1931) avec Max Dearly et «Un train dans la nuit» (1934) avec Dolly Davis. Mais le cinéaste s’adapte mal aux nouvelles techniques du cinéma parlant, malgré quelques succès d’estime il ne peux concurrencer avec les grands réalisateurs tel que Marcel Carné, Julien Duvivier ou Marcel L’Herbier. En 1936, il fait une dernière tentative sans éclats, en réadaptant, avec Maurice Champreux, un sérial de Louis Feuillade de 1921, «Les deux gamines». Puis, il essaie de monter plusieurs projets qui n’aboutiront jamais. René Hervil fût un pionnier du cinéma français, il fréquenta tout les plus grands artistes du début du vingtième siècle et réalisa avec passion quelques jolis films. Lorsque le cinéma parlant arriva, il resta un très bon artisan, mais ses adaptations théâtrales ne rencontrèrent pas le succès mérité. Il meurt discrètement le 1er juillet 1960, dans une maison de retraite de Sartrouville, dans les Yvelines.

Filmographie

Comme réalisateur

  • 1912 : Le Charme de Maud
  • 1913 : Le Spectre du passé avec Louis Mercanton
  • 1914 : Vendetta
  • 1914 : La Remplaçante avec Louis Mercanton
  • 1914 : Papillon et le peintre
  • 1914 : Maud en culottes
  • 1914 : Maud en chiffons
  • 1914 : Maud clubman
  • 1914 : Maud amoureuse
  • 1914 : Le Gant de Maud
  • 1914 : Fred et la blanchisseuse
  • 1914 : Fred est timide
  • 1914 : Fred est fiancé
  • 1914 : Fred... couche-toi!
  • 1914 : L'Effigie
  • 1915 : Maud et tante Zélie
  • 1915 : Jeanne Doré avec Louis Mercanton, d'après Tristan Bernard
  • 1916 : Le Tournant avec Louis Mercanton
  • 1916 : Suzanne avec Louis Mercanton
  • 1916 : Manuella avec Louis Mercanton
  • 1917 : Le Tablier blanc avec Louis Mercanton
  • 1917 : La P'tite du sixième avec Louis Mercanton
  • 1917 : Oh ! ce baiser
  • 1917 : Midinettes avec Louis Mercanton
  • 1917 : Mères françaises avec Louis Mercanton
  • 1917 : Le Torrent avec Louis Mercanton
  • 1918 : Un roman d'amour et d'aventures
  • 1918 : L'Ange de minuit (Bouclette) avec Louis Mercanton
  • 1919 : Son aventure
  • 1919 : Simplette
  • 1920 : L'Ami Fritz
  • 1921 : Le Crime de Lord Arthur Savile, d'après Oscar Wilde
  • 1921 : Blanchette
  • 1923 : Le Secret de Polichinelle
  • 1923 : Sarati, le terrible
  • 1923 : Aux jardins de Murcie avec Louis Mercanton
  • 1924 : Paris
  • 1925 : Knock ou le triomphe de la médecine, d'après Jules Romains
  • 1925 : La Flamme
  • 1927 : La Petite chocolatière
  • 1928 : Le Ruisseau
  • 1928 : Le Prince Jean
  • 1928 : La Meilleure Maîtresse
  • 1928 : Minuit... place Pigalle
  • 1930 : Le Mystère de la villa rose
  • 1930 : La Douceur d'aimer
  • 1932 : Nicole et sa vertu
  • 1932 : Azaïs
  • 1932 : Les Vignes du seigneur
  • 1933 : Mannequins
  • 1934 : Un train dans la nuit
  • 1936 : Les Deux Gamines

Comme scénariste

  • 1914 : Maud en culottes
  • 1914 : Maud en chiffons
  • 1914 : Fred et la blanchisseuse
  • 1914 : Fred est timide
  • 1914 : Fred est fiancé
  • 1914 : Fred... Couche-toi!
  • 1915 : Maud et tante Zélie
  • 1916 : Le Tournant
  • 1916 : Suzanne, professeur de flirt
  • 1916 : Suzanne
  • 1916 : Manuella
  • 1917 : Le Tablier blanc
  • 1917 : La P'tite du sixième
  • 1917 : Oh ! Ce baiser (Oh ! that kiss)
  • 1917 : Midinettes
  • 1919 : Son aventure
  • 1919 : Simplette
  • 1920 : Gosse de riche
  • 1920 : L'Ami Fritz
  • 1926 : L'Homme à l'Hispano
  • 1932 : Nicole et sa vertu
  • 1936 : Les Deux gamines

Comme acteur

  • 1909 : Frédéric le Grand (La vie de Frédéric le Grand), de Gérard Bourgeois et Jean Durand
  • 1909 : Le miracle du collier, de Jean Durand
  • 1910 : Athalie, d'Albert Capellani et Michel Carré, d'après Jean Racine
  • 1910 : La chatte métamorphosée en femme, de Michel Carré
  • 1910 : A desperado, de Jean Durand
  • 1910 : La course à la mort, de Jean Durand
  • 1910 : Le tatouage révélateur, de Jean Durand
  • 1914 : Fred ... couche toi !, de René Hervil
  • 1914 : Fred est fiancé, de René Hervil
  • 1914 : Fred est timide, de René Hervil
  • 1914 : Fred et la blanchisseuse, de René Hervil
  • 1914 : Maud clubman, de René Hervil
  • 1914 : Maud en chiffons, de René Hervil
  • 1914 : Maud en culottes, de René Hervil
  • 1914 : Vendetta, de René Hervil et Louis Mercanton
  • 1915 : Maud et Tante Zélie, de René Hervil
  • 1917 : Oh ! ce baiser, de René Hervil et Louis Mercanton
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article