Fellay Bernard

Publié le par Mémoires de Guerre

Bernard Fellay, né le 12 avril 1958 à Sierre (Suisse), est un prélat catholique suisse. Prêtre traditionaliste, consacré évêque par Mgr Lefebvre en 1988, il exerce la charge de supérieur général de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX) de 1994 à 2018. Durant son supériorat, il travaille activement à la réconciliation de la FSSPX avec la papauté. En juillet 2018, il est nommé conseiller général de la FSSPX par son nouveau supérieur général, l'abbé Davide Pagliarani. 

Fellay Bernard
Fellay Bernard
Fellay Bernard

Jeunesse et ministère

Après avoir passé sa maturité au collège de l'abbaye territoriale de Saint-Maurice d'Agaune en Valais, Bernard Fellay entre au séminaire d'Écône en octobre 1977. Il est ordonné prêtre le 29 juin 1982 par Mgr Lefebvre. Peu après son ordination, il est nommé économe général de la FSSPX, poste qu'il conserve jusqu'en 1988. Il parle couramment, outre le français, l’anglais, l’allemand, l’italien et l’espagnol.

Le sacre et l'excommunication

Après son sacre épiscopal, sans permission du Pape, le 30 juin 1988 par Mgr Marcel Lefebvre, le cardinal Bernardin Gantin, préfet de la Sacrée Congrégation pour les évêques, déclare excommuniés Mgr Lefebvre lui-même, Mgr Castro-Mayer, l'évêque coconsécrateur, et les quatre nouveaux évêques, dont Bernard Fellay. Le décret sera levé en 2009.

Supérieur de la FSSPX

En juillet 1994, le chapitre général de la Fraternité Saint-Pie X l'élit supérieur général pour 12 ans, à la suite de l'abbé Schmidberger. En 2006, il est réélu pour un mandat de 12 ans. L'abbé Davide Pagliarani lui succède au supériorat général en juillet 2018. Mgr Fellay est alors nommé conseiller général de la FSSPX, avec l'abbé Schmidberger. Peu après son élection, le pape Benoît XVI le reçoit, le 29 août 2005, à Castel Gandolfo, accompagné du cardinal Dario Castrillon Hoyos, afin d'engager un processus de réconciliation et de réintégration de la Fraternité Saint-Pie-X. 

Levée de l'excommunication

Le décret de la Congrégation pour les évêques du 21 janvier 2009, signé par le cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la congrégation, lève l'excommunication qui frappait Mgr Lefebvre et les quatre évêques consacrés par lui : Bernard Fellay, Alfonso de Galarreta, Bernard Tissier de Mallerais et Richard Williamson. Cependant, le décret ajoute : « On espère que ce pas sera suivi de la réalisation rapide de la pleine communion avec l'Église, de toute la Fraternité de Saint Pie X », signifiant que la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X n'est pas encore considérée comme en pleine communion avec l'Église de Rome. 

Processus de réconciliation avec Rome

En 2014, le 23 septembre, Mgr Fellay rencontre le cardinal Gerhard Ludwig Müller à Rome, pour une prise de contact. Le 5 décembre, il rencontre le cardinal Walter Brandmüller, au séminaire de Zaitzkofen. Le 1er avril 2016, le pape François le reçoit, dans le cadre du processus de réconciliation engagé plusieurs années plus tôt. La rencontre d'une quarantaine de minutes est qualifiée par la presse de « positive ». Le 13 octobre 2016, Mgr Fellay rencontre le cardinal Gerhard Ludwig Müller pour la seconde fois. Il relève en 2017, sept responsables de la fraternité s'opposant à la reconnaissance par le Vatican des mariages célébrés au sein de la fraternité.

En avril 2017, il est soupçonné par Mediapart, avec 24 évêques français, d'avoir couvert des auteurs d'abus sexuels. La Commission Ecclesia Dei déclare qu'en cas de régularisation canonique, Mgr Fellay serait comme tout évêque catholique « justiciable du motu proprio "Comme une mère aimante" qui prévoit la révocation d'un ordinaire s'il a manqué de diligence dans les cas d'abus sexuels ». Dans le même temps, le Vatican donne acte à Mgr Fellay de ce qu'il «n’a jamais pris aucune décision concernant les délits graves sans en référer à la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) ou à celle pour le clergé pour les renvois de l’état clérical». Ce qui sera également confirmé par le Pape lui-même dans une interview accordée à Nicolas Senèze, journaliste de La Croix, le 13 mai 2017. En septembre 2017, Mgr Fellay revendique avoir signé la Correctio Filialis adressée au Pape François.

Publié dans Eclésiastiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article