Frangié Soleimane Jr

Publié le par Roger Cousin

Soleimane Frangié Jr (né le 18 octobre 1965) est un homme politique libanais. Chef de la Brigade Marada, il a été ministre d’État sans portefeuille entre 1990 et 1992 (gouvernement Omar Karamé), ministre de l’Habitat et des coopératives en 1992 (gouvernement Rachid Solh), ministre des affaires Rurales et municipales entre 1992 et 1995 (gouvernement Rafiq Hariri), de la Santé entre 1996 et 1998 et entre 2000 et 2004 (gouvernements Rafiq Hariri), ministre de l’Agriculture, de l'Habitat et des Coopératives entre 1998 et 2000 (gouvernement Salim El-Hoss) et ministre de l’Intérieur entre 2004 et 2005 (gouvernement Omar Karamé).

Soleimane Frangié est né à Tripoli au Liban dans une des principales familles maronite, la famille Frangié. Son père, Tony Frangié, a été assassiné en juin 1978. Étant alors chez ses grands-parents à Zghorta, il échappe au massacre de sa famille ce qui n'est pas le cas de sa mère et de sa sœur tuées aussi.

Son grand-père, l'ancien président Soleimane Frangié, prend la charge de Soleimane Jr. Son grand-père était pro-syrien et ami de longue date de Hafez el-Assad avant même qu'il devienne président de la Syrie. Les excellentes relations amicales entre les deux familles Frangié et el-Assad permet de faire de Soleimane Jr et de Bachar el-Assad des amis d'enfance.

Fort d'un héritage politique de plusieurs générations, il a été ministre à de nombreuses reprises depuis la fin de la guerre et est actuellement l'un des principaux hommes politiques du pays. Il est très populaire au Nord Liban, surtout dans les villes de Zghorta et Ehden. Il est aussi populaire à Beyrouth et au sud Liban, notamment grâce à ses alliances avec Hassan Nasrallah (Hezbollah) et le général Michel Aoun (Courant patriotique libre).

Député de Zghorta depuis 1991, il perd en 2005 son poste de député et sa liste d’alliance avec le Courant patriotique libre est défaite au Nord du Liban face à la liste des forces du 14 mars, dont l'une de ses figures n'est autre que Samir Frangié, neveu de Soleimane père. Il retrouve son siège en 2009 à la tête d'un bloc parlementaire de quatre députés, comprenant également Estephan Doueihi, Salim Karam et Emile Rahmé.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article