Bernard Raymond

Publié le par Mémoires de Guerre

Raymond Bernard est un réalisateur et scénariste français, né le 10 octobre 1891 à Paris 8e et mort le 11 décembre 1977 à Paris 16e. 

Bernard Raymond
Bernard Raymond

Carrière

En 1906, Raymond Bernard entame des études d'art dramatique et se fait notamment remarquer pour son interprétation de Fortunio dans la pièce d'Alfred de Musset Le chandelier. Par la suite, il joue dans des pièces et des films écrits par son père et donne la réplique à l'illustre Sarah Bernhardt dans Jeanne Doré. C'est en 1917 que Raymond Bernard quitte le métier de comédien pour devenir réalisateur : assistant-réalisateur de Jacques-Feyder au studio Gaumont, il doit remplacer celui-ci sur la fin du tournage de Ravin sans fond. Raymond Bernard adapte alors les comédies de son père et ce jusqu'en 1924, date à laquelle il crée la Société des grands films historiques. Son premier film historique Le miracle des loups remporte un vif succès. Dès lors, le réalisateur abandonne les comédies pour se tourner exclusivement vers les films historico-aventuriers. 

En 1930, signant chez Pathé-Natan, il va connaître ses plus grands succès tant critiques que commerciaux avec notamment deux films. Les croix de bois, réalisé en 1932 d'après l'oeuvre de Roland Dorgelès, met en scène plusieurs personnages, venus d'horizons sociaux différents, qui vont tous connaître la vie des tranchées et des poilus. Le second grand succès est l'adaptation parlante, la première, en 1934, de l'oeuvre de Victor Hugo, Les misérables. Si sa réussite est dûe à la qualité de la mise en scène, elle découle également de l'époustouflante distribution : Harry Baur, Charles Vanel, Charles Dullin, Josseline Gaël. Le film reste d'ailleurs quinze ans à l'affiche des cinémas français. Le succès commercial est là et ne se dément pas. 

Raymond Bernard fait alors tourner les plus grandes figures du cinéma français de l'époque : Raimu dans Tartarin de Tarascon, Michel Simon dans Amants et voleurs (1935), Edwige Feuillère dans Marthe Richard au service de la France (1937). La guerre l'oblige à interrompre ses activités. Touché profondément par l'Occupation et les déportations, Raymond Bernard ne se remettra jamais vraiment de cette période. Au sortir de la guerre, il réalise un film ayant pour thème la Résistance : Un ami viendra ce soir (1946). Par la suite, il réalisera encore quelques films à but commercial mais sans obtenir le succès escompté, parmi lesquels La dame aux camélias avec Micheline Presle (1953) et La belle de Cadix avec Luis Mariano (1953).

Distinction

Raymond Bernard est Officier de la Légion d'honneur. 

Filmographie

  • 1917 : Le Ravin sans fond
  • 1918 : Le Traitement du hoquet
  • 1918 : Le Gentilhomme commerçant
  • 1919 : Le Petit Café
  • 1920 : Le Secret de Rosette Lambert
  • 1921 : La Maison vide
  • 1922 : Triplepatte
  • 1923 : L'Homme inusable
  • 1923 : Grandeur et décadence
  • 1923 : Le Costaud des Épinettes
  • 1924 : Le Miracle des loups
  • 1927 : Le joueur d'échecs
  • 1930 : Tarakanova
  • 1931 : Les Croix de bois
  • 1931 : Faubourg Montmartre
  • 1934 : Les Misérables réalisateur et scénariste
  • 1934 : Tartarin de Tarascon
  • 1935 : Amants et Voleurs
  • 1936 : Anne-Marie sur un scénario d'Antoine de Saint-Exupéry avec l'actrice Annabella
  • 1937 : Le Coupable
  • 1937 : Marthe Richard, au service de la France
  • 1939 : J'étais une aventurière
  • 1939 : Les Otages
  • 1940 : Cavalcade d'amour
  • 1946 : Adieu chérie réalisateur et scénariste
  • 1946 : Le Couple idéal
  • 1946 : Un ami viendra ce soir réalisateur et scénariste
  • 1949 : Le Jugement de Dieu réalisateur et scénariste
  • 1949 : Maya
  • 1951 : Le Cap de l'Espérance
  • 1953 : La Dame aux camélias
  • 1953 : La Belle de Cadix réalisateur et scénariste
  • 1957 : Le Septième Commandement
  • 1958 : Le Septième ciel réalisateur et scénariste
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article