Mirande Yves

Publié le par Mémoires de Guerre

Anatole Charles Le Querrec, dit Yves Mirande, est un dramaturge, scénariste et réalisateur français, né le 8 mai 1876 à Bagneux (Maine-et-Loire) et mort le 17 mars 1957 dans le 16e arrondissement de Paris. 

Mirande Yves
Mirande Yves
Mirande Yves

Carrière

Réalisateur, scénariste, dialoguiste, acteur, producteur, Yves Mirande occupe le devant de la scène et les écrans pendant plus de vingt-cinq ans avec esprit et éclectisme. Né Charles Le Guerrec, il voit le jour le 8 mars 1876 à Bagneux près de Paris. Il veut devenir célèbre et apprécié dans le monde des arts et lettres, il entame une brève carrière de journaliste plus précisément d’échotier mondain. Par la suite, il rejoint le monde de la politique en entrant au secrétariat d’un ministre puis se retrouve sous-préfet. Lassé par le monde politique trop rigide et rempli de conventions, Yves Mirande démissionne pour se lance à 45 ans dans le monde du spectacle. Au cours des années vingt, il écrit des pièces de théâtre et des opérettes qui vont connaitre un certain succès. Parmi les premières, «Le chasseur de chez Maxim’s» en 1921, «Pourquoi m’as-tu fait ça?» en 1922 ou «Le trou dans le mur» en 1929, «Voulez-vous être ma femme» en 1925. Il fait certaines opérettes également: «Ta bouche» (1922) ou «La dame en décolleté» (1923). 

Ses œuvres sont des vaudevilles empreints de légèreté écrites avec une plume assurée et un savoir-faire redoutable caractéristique de ce théâtre de l’entre deux guerres. En 1929, la révolution du parlant lui permet d’aborder le cinéma qu’il considère comme un prolongement intéressant de son théâtre. Curieux de tout, il s’installe quelques mois à Hollywood puis revient en France où il collabore avec la firme Paramount comme directeur artistique. L’une des caractéristiques de la carrière de Yves Mirande est sa grande diversité, il n’est pas un poste dans l’univers du cinéma qu’il n’ait pas abordé et il n’est pas toujours aisé de déceler sa contribution réelle à des films, néanmoins, il a un ton, un esprit qui lui sont personnels. Parmi sa réussite comme scénariste et dialoguiste citons: «Le roi des Champs-Elysées» (1934) avec Buster Keaton et «Quelle drôle de gosse!» (1935) avec Danielle Darrieux, les dialogues de «Princesse Tam Tam» (1935) avec Josephine Baker. En 1937, il écrit les dialogues d’un des grands films français de l’époque «Un carnet de bal» avec Marie Bell, Louis Jouvet, Harry Baur et Fernandel.

En 1935, Yves Mirande passe à la mise en scène en coréalisant avec Léonide Moguy «Baccara», interprété par Jules Berry qui dit avec délectation les dialogues de Mirande. Celui-ci devient alors une des valeurs sures de la comédie mondaine en vogue dans le cinéma des années 30. En 1936, il signe une adaptation désopilante de «Messieurs les ronds de cuir». Mais il reste surtout dans la mémoire cinéphile pour sa trilogie «Café de Paris» (1938), «Derrière la façade» (1939 ) et «Paris New York» (1940) avec de grands comédiens de l’époque: Michel Simon, Véra Korène, Lucien Baroux, Gaby Morlay, Jules Berry, Erich von Stroheim; il y témoigne de l’esprit et des contradictions de son époque et dépeint avec humour les dessous et la duplicité de l’âme humaine. Il excelle dans le mélange des genres ou comédie, trame policière et dénonciation sociale se mêlent. En 1940, Yves Mirande réalise «L’an 40» véritable satyre politique qui n’est pas du gout du gout du régime de Vichy qui l’interdit après une seule projection. Malgré cela, il continue à tourner durant l’occupation. Il écrit pour des acteurs importants comme Fernandel ou Raimu. Ses mémoires paraissent en 1952 avant sa mort en 1957. Talentueux mais néanmoins méconnu, il aura été victime de son trop grand éclectisme, du à son mélange des genres ne se limitant pas à une seule définition. 

Filmographie

Comme scénariste

Comme réalisateur

Comme acteur

Comme producteur

Théâtre

Comme auteur

  • 1920 : Le Chasseur de chez Maxim's, comédie en trois actes écrite avec Gustave Quinson, Palais-Royal, 23 décembre 1920
  • 1922 : Ta bouche, opérette, lyrics d'Albert Willemetz, musique Maurice Yvain, mise en scène Edmond Roze, théâtre Daunou
  • 1922 : Simone est comme ça, écrit avec Alexis Madis, théâtre des Capucines
  • 1922 : Pourquoi m'as-tu fait ça ?, écrit avec Alexis Madis et Gustave Quinson, théâtre des Capucines
  • 1925 : Voulez-vous être ma femme ? de Jacques Richepin, adaptation d'Yves Mirande, théâtre de la Renaissance, décembre 1925
  • 1929 : Le Trou dans le mur comédie en 4 actes, théâtre de la Michodière, 1er février 1929
  • 1929 : L'Attachée, théâtre du Palais-Royal
  • 1930 : Arsène Lupin banquier, opérette d'après Maurice Leblanc, lyrics d'Albert Willemetz, musique de Marcel Lattes, théâtre des Bouffes-Parisiens
  • 1946 : Ce soir je suis garçon !, écrit avec André Mouëzy-Éon, mise en scène Jacques Baumer, théâtre Antoine

Comme comédien

  • 1943 : À la gloire d'Antoine de Sacha Guitry, théâtre Antoine

Comme metteur en scène

  • 1949 : Le Petit Café de Tristan Bernard, théâtre Antoine
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article