Lacombe Georges

Publié le par Roger Cousin

Georges Lacombe est un réalisateur français né le 19 août 1902 à Paris et décédé le 14 avril 1990 à Cannes (Alpes-Maritimes). 

Lacombe GeorgesLacombe Georges

En 1928, son premier court-métrage, La Zone, lui vaut l'estime de l'avant-garde qui a précédé l'avènement du cinéma parlant. Dans ce documentaire d'ambiance populiste, Lacombe fait triompher un cinéma teinté de cruauté qui, par la suite, va perdre de sa force. Ses courts-métrages suivants, Bluff en 1929 ou Boule de gomme deux ans plus tard, sont encore marqués par l'influence de René Clair. Puis il s'attaque à des genres très divers. Ce cochon de Morin en 1932, est une adaptation de Maupassant. La Femme invisible l'année suivante est une comédie de boulevard. Avec Jeunesse (1934), dont il a écrit le sujet, il renoue avec son genre préféré : le tableau de la vie populaire. Mais ce film qui tient à la fois du documentaire et de la fiction pèche par un ton trop complaisant et trahit un populisme forcené.

En 1939, Les Musiciens du ciel, consacré à l'Armée du Salut, s'impose comme le meilleur film de ce registre. De manière inattendue, Lacombe réalise deux ans après un policier, Le Dernier des six, une adaptation tirée du roman de Steelman. Sous l'Occupation, il fait tourner Raimu (Monsieur la Souris, 1942) ainsi que Pierre Fresnay (L'Escalier sans fin, 1943). A mesure que son goût pour l'insolite gagne en poésie, son style perd en réalisme. Ainsi Le Pays sans étoiles (1945), dégage un curieux mélange de poésie bucolique et de science-fiction. Gérard Philippe encore débutant y est révélé. En 1946, Lacombe échoue à diriger le couple Gabin-Dietrich dans Martin Roumagnac.

Mais un autre film avec Gabin en 1951, La Nuit est mon royaume, où l'acteur joue le rôle d'un cheminot devenu aveugle, s'avère d'une poignante vérité de ton. Dans un genre plus léger, il faut signaler la présence de Brigitte Bardot dans La Lumière d'en face (1955) et Françoise Arnoul dans Cargaison blanche (1957). Entre 1938 et 1941, Georges Lacombe s'est aussi consacré à la mise en scène de pièces de théâtre d'Yves Mirande. A partir de 1958, il se tourne vers la télévision.

Filmographie

 

Publié dans Métiers du Spectacle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article