Opération Achse

Publié le par Roger Cousin

Mussolini BenitoL’Opération Achse à l'origine appelée opération Alaric (Unternehmen Alarich), était le nom de code des plans allemands afin de désarmer les forces armées italiennes en prévision de l'armistice de Cassibile entre L'Italie et les Alliés durant la Seconde Guerre mondiale. En juillet 1943, malgré les protestations du gouvernement italien, plusieurs divisions allemandes étaient déjà entrées d'Italie après la chute de Benito Mussolini, alors que l'Italie était encore officiellement allié de l'Allemagne. Lorsque l'armistice de Cassibile a été annoncé le 8 septembre 1943, les forces allemandes s'installent et prennent rapidement possession des zones italiennes dans les Balkans et dans le sud de la France et désarment les forces italiennes en Italie.

Dans certains cas, les troupes italiennes ont résisté aux allemands, notamment dans l'île grecque de Céphalonie, où plus de 4 500 hommes de la Division Acqui ont été exécutés après que, à court de munitions ils se sont rendus. Dans d'autres cas, des militaires ou des unités entières, comme la 24e Division de Pinerolo en Thessalie, rejoignent les mouvements de la résistance locale. Seulement en Sardaigne, Corse et Calabre et dans la partie sud des Pouilles, les forces italienne ont été en mesure de résister jusqu'à l'arrivée des forces alliées. Seulement 197 000  soldats italiens ont continué la guerre aux côtés des allemands.

Environ 94 000, pour la plupart des fascistes, ont choisi cette option tout de suite. Le reste, environ 103 000 hommes, au cours de leur détention a choisi de soutenir la République sociale italienne pour échapper aux camps de travail allemands. Entre 600 000 et 650 000 sont restés dans les camps de travail allemands, où entre 37 000 et 50 000 d'entre eux ont péri. Des évadés ayant réussi a retourné en Italie controlé par les alliés forment les premières unités de l’armée co-belligérante italienne combattant à leur côtés.

Publié dans Evènements

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article