Suratt Valeska

Publié le par Mémoires de Guerre

Valeska Suratt, née le 28 juin 1882 à Owensville en Indiana et morte le 2 juillet 1962 (à 80 ans) à Washington, est une actrice américaine de théâtre et du cinéma muet. 

Suratt Valeska

Jeunesse

Valeska Suratt naquit le 28 juin 1882 à Owensville, Indiana de Ralph et Anna Suratt. Ses grands-parents paternels étaient des immigrés français et ses grands-parents maternels immigrèrent aux Etats-Unis en provenance de l’Angleterre. Elle avait une demi-sœur, un frère aîné et une sœur cadette. A six ans, sa famille déménagea à Terre Haute. Elle quitta l’école en 1899 et travailla dans un studio de photographie. Suratt déménagea plus tard à Indianapolis où elle travailla comme assistante au rayon chapeau d’une grande surface.

Carrière

Suratt commença sa carrière d’actrice sur les planches de Chicago. Vers 1900, elle commença à apparaître dans le vaudeville. Elle fut rapidement associée avec Billy Gould (qui devait plus tard devenir son mari) et ensemble ils créèrent un numéro qui comprenait une danse exotique Apache qu’elle assumait. En 1906, elle fit ses débuts à Broadway dans la comédie musicale The Belle of Mayfair, puis enchaîna la même année avec Hip! Hip! Hooray!. En 1908, Suratt et Gould suivirent chacun leur chemin et Suratt commença à se produire avec succès dans un numéro en solo dans lequel elle chantait et dansait dans des costumes et des robes glamour. Le succès de Suratt dans le vaudeville continua et elle commença à se mettre en scène comme "La plus grande star du Vaudeville" et "Le Meilleur Atout de New York". En 1910, alla apparut dans le spectacle The Girl with the Whooping Cough. Le maire de New York City, William Jay Gaynor affirma que le spectacle était "salace" et il y mit fin à cause des thèmes sexuels suggestifs. En décembre 1910, elle fit équipe avec Fletcher Norton (qui devint son second mari) dans une courte pièce de théâtre intitulée Bouffe Variety. Elle devint célèbre pour ses apparitions dans de courtes pièces de théâtre où elle interprétait divers rôles comiques ou mélodramatiques.

Durant ses années sur les planches, Valeska fut remarquée pour les vêtements de haute couture qu’elle portait sur la scène et son nom devint synonyme de robes fastueuses dans la monde entier. Parmi les accessoires qui furent les plus commentés figurait une cape Cendrillon de 11 000 dollars environ. Elle fut quelquefois appelée "L’Impératrice de la mode". Elle fut probablement un autre modèle pour les esquisses de la célèbre Gibson Girl. Le magazine Vogue la qualifia plus tard comme étant "une des femmes les mieux habillées de la scène" et parla régulièrement des robes qu’elle y portait. En 1915, Suratt signa avec la Fox. Comme ses camarades sous contrat avec la Fox, Theda Bara et Virginia Pearson, Suratt fut présentée comme une "vamp" et fut donc castée pour des rôles exotiques ou de séductrices. Suratt fit ses débuts sur le grand écran dans The Soul of Broadway en 1915. Suratt porta apparemment plus de 150 robes différentes dans le film qui coûtaient 25 000 dollars chacune. La même année, elle fit The Immigrant puis The Straight Way (1916), Jealousy (1916), The Victim (1916), The New York Peacock (1916) et She (1917). Elle fit au total 11 films muets durant sa carrière, la plupart étant considérés comme perdus.

Vers 1920, la carrière de Valeska Suratt commença à décliner, le vaudeville n’attirant plus le public de même que l’image des vamps. En 1928, Suratt et le savant Mirza Ahmad Sohrab poursuivirent en justice Cecil B. DeMille pour leur avoir volé le scénario de The King of Kings. Le cas passa en audience en février 1930 mais fut finalement réglé sans publicité. Suratt, qui avait quitté le cinéma en 1917, fut inscrite sur la liste noire après le procès. A la fin des années 1920, Suratt disparut. Durant les années 1930, elle fut découverte vivant dans un hôtel minable de New York City et était sans le sou. Quand le nouvelliste Fannie Hurst entendit parler de la situation de Valeska, elle organisa une soirée de bienfaisance pour elle et collecta 2 000 dollars. Après avoir reçu l’argent, Valeska Suratt disparut pendant quelques semaines et retourna à son hôtel sans le moindre argent, en ayant dépensé toute la comme collectée aux jeux. Dans une tentative de relancer sa carrière, Suratt essaya de vendre l’histoire de sa vie aux journaux de William Randolph Hearst. Un reporter qui avait lu son manuscrit dit que Valeska Suratt avait écrit cela comme si elle était la Vierge Marie et donc la mère de Dieu. Suratt ne put jamais relancer sa carrière sur les planches ou sur le grand écran et disparut de la circulation. Sa contribution au western ne comprend qu’un seul film, « The Siren » de Roland West (1917) dans lequel elle était Cherry Millard.

Vie privée

Valeska Surratt se maria deux fois et n’eut pas d’enfants. Son premier mari fut William J. Flannery (1869–1950), connu sous le nom de scène Billy Gould, un comédien du vaudeville connu pour ses rôles de ménestrels. Elle l’aurait apparemment épousé aux alentours de 1904. Ils divorcèrent par la suite. En 1911, elle épousa l’acteur Fletcher Norton avec qui elle restera mariée jusqu’à sa mort en 1941.

Décès

Valeska Suratt décéda dans une maison de repos à Washington, D.C. le 2 juillet 1962. Elle avait 80 ans. Valeska Suratt est enterrée au Highland Lawn Cemetery à Terre Haute, Indiana.

Filmographie

  • 1915 The Soul of Broadway
  • 1915 The Immigrant
  • 1916 The Straight Way
  • 1916 Jealousy
  • 1916 The Victim
  • 1917 The New York Peacock
  • 1917 She

Théâtre à Broadway

  • 1906 The Belle of Mayfair
  • 1907 Hip! Hip! Hooray!
  • 1910 The Girl with the Whooping Cough
  • 1911 The Red Rose
  • 1922 Spice of 1922

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article