Ailleret Charles

Publié le par Roger Cousin

Ailleret CharlesCharles Ailleret, né le 26 mars 1907 à Gassicourt et mort accidentellement à la Réunion le 9 mars 1968, est un général de l'armée française, déporté pendant la Seconde Guerre mondiale, chef d’État-Major des armées de 1962 à 1968 et par ailleurs connu pour s'être opposé au putsch des Généraux en Algérie en avril 1961 alors qu'il commandait la zone du Nord-Est constantinois.

Il entre à l’École polytechnique en 1926 et sort dans l’artillerie en 1928. En 1942, il rejoint l’O.R.A. (Organisation de résistance de l'armée) dont il devient le commandant pour la zone Nord. En juin 1944, il est arrêté et déporté à Buchenwald d’où il revient en 1945.

Promu colonel en 1947, il commande la 43e demi-brigade de parachutistes. En 1951, il prend le commandement des armes spéciales de l’Armée de terre. Il fait partie du cercle fermé qui, au sein du CEA, mènera la recherche pour concevoir une arme nucléaire : il est, en 1958, commandant interarmées des armes spéciales et dirige les opérations conduisant, le 13 février 1960, à l’explosion de la première bombe A française à Reggane, au Sahara.

En avril 1961, commandant la zone Nord-Est Constantinois, il s’oppose au putsch des Généraux d’Alger. En juin 1961, il prend les fonctions de commandant supérieur interarmées en Algérie. En 1962, promu général d’armée. C'est lui qui publie l’ordre du jour no 11 du 19 mars 1962 annonçant le cessez-le-feu en Algérie. Il s'oppose à l'OAS, en mars 1962, lors de la bataille de Bad-el-Oued et la fusillade de la rue d'Isly, puis il participe, avec Christian Fouchet, haut-commissaire en Algérie, à l'autorité de transition au moment de l'indépendance. Il est nommé chef d’État-Major des armées, le 16 juillet 1962. Il organise le retrait de la France du commandement intégré de l’OTAN en 1966 et met en place la stratégie établie par le général de Gaulle d’une défense nucléaire française « tous azimuts ».

Le 9 mars 1968, après une tournée d'inspection dans l'océan Indien, il trouve la mort avec sa femme et sa fille ainsi que seize autres personnes dans un accident d'avion. Le DC-6 du GLAM qui devait le ramener en France via Djibouti prend en l'absence de visibilité une mauvaise direction peu après son décollage de Saint-Denis de la Réunion et s'écrase contre une colline. Ses obsèques se déroulent le 15 mars aux Invalides en présence du général de Gaulle et sont retransmises à la télévision. Charles Ailleret et sa famille sont enterrés à Ver-sur-Mer en Normandie.


Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article