Zapruder Abraham

Publié le par Roger Cousin

Zapruder AbrahamAbraham Zapruder (15 mai 1905 - 30 août 1970) est un fabricant de vêtement pour dames de Dallas au Texas qui est devenu célèbre pour avoir, alors qu'il filmait le cortège présidentiel de John F. Kennedy, enregistré l'assassinat du président le 22 novembre 1963. Zapruder filma l'assassinat avec sa caméra personnelle, une Bell & Howell, modèle 414 PD 8 mm Zoomatic série « Director » qu'il avait achetée un an plus tôt. Son film, probablement le film amateur le plus célèbre de tous les temps, est connu sous le nom de film Zapruder.

Zapruder est né dans une famille juive russe dans la ville de Kovel en Ukraine (alors située dans l'empire russe). En 1920, pendant la guerre civile russe, sa famille émigre aux États-Unis, et s'installe dans le quartier de Brooklyn à New York. Étudiant l'anglais le soir, il trouve un travail comme dessinateur de patrons de vêtement dans le « Garment District » de Manhattan. Il se marie à Lillian en 1933 et ont deux enfants. En 1941, Zapruder déménage pour Dallas pour travailler pour Nardis, une société locale de vêtements de sport. En 1954, il cofonde Jennifer Juniors, Inc., produisant les marques the Chalet et Jennifer Juniors brands. Ses bureaux sont situés dans le Dal-Tex Building, directement de l'autre côté de la rue et en face du Texas School Book Depository.

Zapruder meurt d'un cancer de l'estomac en 1970 à Dallas. En 2007, un film, Frame 313, raconte l'histoire de sa vie. Zapruder se considérait comme Démocrate et était un admirateur du président Kennedy. Initialement, il n'avait pas l'intention d'apporter sa caméra mais le fit sur l'insistance de son assistante. C'était une Bell & Howell, modèle 414 PD 8 mm Zoomatic série « Director », acheté un an plus tôt en 1962 et alors à la pointe de l'innovation pour une caméra personnelle. Zapruder attendait debout sur un piédestal en béton le long de Elm Street, sa réceptionniste s'apprêtant à le maintenir par l'arrière quand il commença à filmer la limousine présidentielle tournant dans Elm Street en face du Book Depository. Les 26,6 secondes suivantes furent saisies sur un film Kodak Kodachrome II safety.

Dans la confusion suivant les tirs, Zapruder retourna à son bureau et rencontra Harry McCormack, journaliste au Dallas Morning News qui connaissait Forrest Sorrels, un agent du Secret Service (agence fédérale chargée de la protection présidentielle), du bureau de Dallas. McCormark se proposa d'amener Sorrels dans les bureaux de Zapruder. Zapruder continua à se diriger vers ses bureaux d'où il envoya son assistante à la recherche d'un agent du Secret Service, au cas où McCormack ne trouverait pas Sorrels. De son côté McCormack trouva Sorrels, à l'extérieur du bureau du Sheriff sur Main et Houston Streets et ensemble se rendirent aux bureaux de Zapruder, environ une heure après les tirs.

Zapruder accepta de confier son film à Sorrels à condition que celui-ci soit utilisé exclusivement dans le cadre de l'enquête, car il souhaitait également vendre le film. Les hommes se rendirent alors à la station de télévision WFAA où Zapruder apparut moins de deux heures après l'assassinat. WFAA n'avait cependant pas la possibilité de développer le film, et celui-ci fut donc envoyé chez Eastman Kodak qui accepta de le développer immédiatement.

Trois copies « de première génération » furent faites, deux étant données aux Services Secrets, et la troisième revenant à Zapruder. Le 25 novembre, Zapruder vendit le film à Life Magazine pour 150 000 dollars, divisé en six paiements annuels de 25 000 $, tout en interdisant, dans l'accord, que l'image numéro 313 (z313) du film, celle qui montre l'explosion de la tête du président, soit publiée. Le premier paiement de 25 000 $ fut donné par Zapruder à la veuve de J.D. Tippit, le policier de Dallas abattu présumément par Oswald. Zapruder est parfois présenté comme le premier (ou l'ancêtre) des «journalistes citoyens»1 que l'évolution des technologies a fait apparaître en grand nombre dans les années 2000.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article